Comment Israël remodèle la bande de Gaza

En près de sept mois de guerre, l’armée israélienne a remodelé Gaza selon ses besoins. Elle rase le bâti sur une « zone de sécurité » de 1 kilomètre environ de profondeur à sa frontière, menaçant de priver durablement l’étroite bande côtière de 16 % de son territoire, notamment de terres agricoles, selon des données satellitaires analysées par Le


Comment Israël remodèle la bande de Gaza

En près de sept mois de guerre, l’armée israélienne a remodelé Gaza selon ses besoins. Elle rase le bâti sur une « zone de sécurité » de 1 kilomètre environ de profondeur à sa frontière, menaçant de priver durablement l’étroite bande côtière de 16 % de son territoire, notamment de terres agricoles, selon des données satellitaires analysées par Le Monde. Elle a contraint des centaines de milliers de Gazaouis à quitter le nord de l’enclave et consolide une route militarisée qui empêche leur retour, tout en limitant le passage de l’aide humanitaire.

L’armée mène des raids depuis deux bases avancées aménagées sur ce corridor. Elle bâtit aussi de nouvelles structures sur la côte, censées sécuriser l’acheminement d’aide par la mer, promise par l’allié américain pour le début du mois de mai. « Israël présente ces structures comme temporaires, mais elles représentent des faits accomplis qui peuvent perdurer longtemps », craint un diplomate occidental.

La droite israélienne ambitionne de faire de la métropole de Gaza, en ruine, une zone tampon dépeuplée, dans le Nord, ou de la recoloniser. Les ministres israéliens issus du centre, minoritaires, font, pour leur part, du retour des Gazaouis vers le nord un levier dans les négociations toujours en cours avec le Hamas, afin de le contraindre à libérer ses otages. Une proposition en ce sens a été avancée au Caire, en Egypte, fin avril, selon le quotidien libanais Al-Akhbar et la radio de l’armée israélienne. Elle pourrait amener les forces israéliennes à se retirer, au moins temporairement, de la route coupant l’enclave par le milieu.

Lire le décryptage : Article réservé à nos abonnés L’histoire de Gaza, ou la fabrique d’une poudrière

Cependant, toutes les composantes de la coalition au pouvoir en Israël revendiquent une « liberté d’action » de l’armée à long terme dans Gaza . Elles s’accordent sur le fait qu’une phase de « stabilisation » devra se poursuivre durant de longues années après-guerre, nécessitant des raids réguliers contre le Hamas et les brigades armées de Gaza.

L’aménagement du territoire par les forces israéliennes

Zone tampon de 1 kilomètre aménagée par les autorités israéliennes

Corridor de Netzarim, créé depuis la mi-février

Nouvelle installation militaire israélienne

Nouvelle jetée, construite par l’ONG World Central Kitchen

Nord de la bande de Gaza, vidé d’une grande partie de sa population

Zone humanitaire d’Al-Mawasi, définie par Israël et étendue le 28 avril

Point de passage fermé

Point de passage pour l’aide humanitaire

Une « zone tampon » à la frontière

Israël a systématiquement détruit le bâti sur une bande de terre large de 1 kilomètre le long des frontières de Gaza, par des bombardements, dès octobre 2023, puis en déployant des équipes de sapeurs à partir de novembre. Cette « zone de sécurité » s’étend en grande partie sur les terres agricoles de l’enclave, qui produisait, avant-guerre, environ 20 % de ses besoins en nourriture. Elle prolonge le no man’s land – jusqu’alors large de 100 mètres – bordant le mur que les commandos du Hamas ont franchi le 7 octobre 2023, pour tuer 1 200 civils et militaires en Israël. Elle recouvre aussi l’ancien chemin de ronde et les postes d’observation militaires établis par le mouvement islamiste devant le mur.

Il vous reste 79.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *