Comment la dissolution de l’Assemblée nationale a fait son chemin à l’Elysée

Le président de la République, Emmanuel Macron, dans un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), à l’occasion des élections européennes du 9 juin 2024. LEMOUTON STEPHANE/POOL/ABACA Une petite cellule. Elle travaillait discrètement, depuis plusieurs mois, à l’Elysée, sur le scénario périlleux d’une dissolution de l’Assemblée nationale. D’anciens conseillers d’Emmanuel Macron, ceux de la première campagne


Comment la dissolution de l’Assemblée nationale a fait son chemin à l’Elysée
Le président de la République, Emmanuel Macron, dans un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), à l’occasion des élections européennes du 9 juin 2024.

Une petite cellule. Elle travaillait discrètement, depuis plusieurs mois, à l’Elysée, sur le scénario périlleux d’une dissolution de l’Assemblée nationale. D’anciens conseillers d’Emmanuel Macron, ceux de la première campagne présidentielle ou d’autres partis travailler dans le privé puis revenus, tel son conseiller spécial Jonathan Guémas, étaient au parfum. Tout comme Alexis Kohler, l’indétrônable secrétaire général de l’Elysée, ou encore le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin.

Moins d’une dizaine de personnes « au travail », confirme dimanche, ravi de ce coup de théâtre, le conseiller mémoire Bruno Roger-Petit – pour que « le secret tienne ». Et le secret a tenu, jusqu’à l’allocution d’Emmanuel Macron, dimanche 9 juin à 20 h 58, annonçant à la télévision, dans la foulée des résultats désastreux aux européennes, la dissolution de l’Assemblée nationale.

Les premiers temps, la petite équipe se contente de scruter les projections des sondeurs : entre 250 et 300 députés au Rassemblement national (RN) en cas de nouvelles élections législatives. Le risque est immense d’offrir au parti lepéniste la majorité absolue de 289 sièges et, en tout cas, de voir arriver au moins 162 parlementaires d’extrême droite supplémentaires au Palais-Bourbon.

Un choix qui s’impose

Au cœur de l’Elysée s’ourdit pourtant dans l’ombre le scénario qui pourrait propulser tout droit un RN victorieux aux rênes du pays, de Matignon aux ministères de la République. « Jamais Emmanuel, homme d’habitudes qui n’aime pas le désordre, ne prendra le risque de dissoudre », assurait ainsi au Monde une ministre une semaine avant le scrutin du 9 juin.

Malgré les sondages qui plaçaient la liste du camp présidentiel à peine au-dessus de celle du Parti socialiste, Emmanuel Macron faisait mine ou ne voulait pas croire au désastre. Il y a quelques jours encore, il rassurait tout le monde : « Vous verrez, on terminera entre 20 % et 22 % ! »

A l’entendre, la « séquence européennes » serait vite oubliée, balayée par les Jeux olympiques cet été, puis par une autre grande fête, la réouverture de Notre-Dame de Paris, en décembre. Mais voilà, le RN a engrangé, dimanche, plus du double des voix récoltées par la tête de liste Renaissance, Valérie Hayer, et tout se précipite : le scénario caressé depuis des mois s’impose brutalement, comme une fuite en avant. « Le maître des horloges expliquera ces prochaines heures que ce scrutin ne signifie rien, qu’il est un défouloir et que la vie continue. Il ne se passera rien. On parie ? », défiait, dimanche, Pascal Praud dans sa chronique du Journal du dimanche.

Il vous reste 73.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

,

Le président de la République, Emmanuel Macron, dans un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), à l’occasion des élections européennes du 9 juin 2024.

Une petite cellule. Elle travaillait discrètement, depuis plusieurs mois, à l’Elysée, sur le scénario périlleux d’une dissolution de l’Assemblée nationale. D’anciens conseillers d’Emmanuel Macron, ceux de la première campagne présidentielle ou d’autres partis travailler dans le privé puis revenus, tel son conseiller spécial Jonathan Guémas, étaient au parfum. Tout comme Alexis Kohler, l’indétrônable secrétaire général de l’Elysée, ou encore le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin.

Moins d’une dizaine de personnes « au travail », confirme dimanche, ravi de ce coup de théâtre, le conseiller mémoire Bruno Roger-Petit – pour que « le secret tienne ». Et le secret a tenu, jusqu’à l’allocution d’Emmanuel Macron, dimanche 9 juin à 20 h 58, annonçant à la télévision, dans la foulée des résultats désastreux aux européennes, la dissolution de l’Assemblée nationale.

Les premiers temps, la petite équipe se contente de scruter les projections des sondeurs : entre 250 et 300 députés au Rassemblement national (RN) en cas de nouvelles élections législatives. Le risque est immense d’offrir au parti lepéniste la majorité absolue de 289 sièges et, en tout cas, de voir arriver au moins 162 parlementaires d’extrême droite supplémentaires au Palais-Bourbon.

Un choix qui s’impose

Au cœur de l’Elysée s’ourdit pourtant dans l’ombre le scénario qui pourrait propulser tout droit un RN victorieux aux rênes du pays, de Matignon aux ministères de la République. « Jamais Emmanuel, homme d’habitudes qui n’aime pas le désordre, ne prendra le risque de dissoudre », assurait ainsi au Monde une ministre une semaine avant le scrutin du 9 juin.

Malgré les sondages qui plaçaient la liste du camp présidentiel à peine au-dessus de celle du Parti socialiste, Emmanuel Macron faisait mine ou ne voulait pas croire au désastre. Il y a quelques jours encore, il rassurait tout le monde : « Vous verrez, on terminera entre 20 % et 22 % ! »

A l’entendre, la « séquence européennes » serait vite oubliée, balayée par les Jeux olympiques cet été, puis par une autre grande fête, la réouverture de Notre-Dame de Paris, en décembre. Mais voilà, le RN a engrangé, dimanche, plus du double des voix récoltées par la tête de liste Renaissance, Valérie Hayer, et tout se précipite : le scénario caressé depuis des mois s’impose brutalement, comme une fuite en avant. « Le maître des horloges expliquera ces prochaines heures que ce scrutin ne signifie rien, qu’il est un défouloir et que la vie continue. Il ne se passera rien. On parie ? », défiait, dimanche, Pascal Praud dans sa chronique du Journal du dimanche.

Il vous reste 73.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *