XIII : Comment les champions de 1977 envisagent la finale Albi-Carcassonne

Rugby à XIII, Albi, Albi Rugby League XIII Publié le 21/05/2024 à 17:08 , mis à jour à 21:08 Emmanuel Droillard l'essentiel Dimanche, l’ARL XIII affrontera Carcassonne en finale du championnat de France, à Narbonne. Les anciens champions albigeois de 1977 décryptent le match. Ils seront dans les tribunes du parc des sports et de


Publié le
, mis à jour

l’essentiel
Dimanche, l’ARL XIII affrontera Carcassonne en finale du championnat de France, à Narbonne. Les anciens champions albigeois de 1977 décryptent le match.

Ils seront dans les tribunes du parc des sports et de l’amitié dimanche pour soutenir Albi. Et espérer la victoire pour mettre fin à 47 ans de disette. « Cela commence à bien faire qu’on parle de nous. On a presque 70 ans. Il faut passer à autre chose, c’est un peu long », insiste Christian Puech, membre de l’équipe championne en 1977, qui avait battu Carcassonne.

Pourtant ce match, les anciens s’en méfient. Pour Marc Cambon, c’est 50/50, allez 55/45 pour Albi avec ce que les orange et noir ont montré en demi-finale. C’est ce que retient également Christian Puech : la dynamique positive du dernier match. « Ils n’étaient que 12 sur le terrain et ils ont gagné. Je suis optimiste même si Carcassonne est une très belle équipe ».

Certes Albi a battu à deux reprises les canaris cette saison, mais les anciens préviennent : « Une finale, c’est un autre match ». « Carcassonne va se rebiffer, ils ont pris les dispositions pour. Ce ne sera pas facile », insiste Marc Cambon.

Et de donner l’exemple de 1977 quand ils n’étaient pas les favoris. « On avait fait un parcours bizarre. En finale, on tombe sur la grosse équipe de Carcassonne, mais nous étions soudés, une équipe de copains », se souvient Christian Puech.
Des choses qu’ils retrouvent dans l’équipe actuelle. « C’est vrai qu’ils sont soudés. Les étrangers sont là depuis deux ou trois ans et la mayonnaise a bien pris », souligne Christian Puech.
Pour les champions de 1977, Albi dispose aussi d’atouts solides. Une belle équipe, qui a « une grande maîtrise du jeu ». Un paquet d‘avants « super solides ». « C’est notre force », assure Marc Cambon. Le fait que Nittim Pedrero, le chasseur d’essais puisse jouer est aussi un atout.

Mais surtout, tous citent Tony Gigot, le maître à jouer albigeois, un des artisans de la victoire contre Limoux. « Il est au sommet de son art. Il a fait un match exceptionnel contre Limoux. Après ça, je suis encore moins inquiet », souligne Christian Puech. Son ancien coéquipier, Marc Cambon ajoute : « Gigot amène beaucoup, il donne de bons coups de pied. Je n’ai jamais vu ça ». Et surtout, comme il le note, quand il a fallu plaquer à quelques moments clés, il ne s’est pas dégonflé.

Dimanche, ils comptent donc bien que cette équipe leur succédera. Ainsi, lors de la prochaine finale, ils ne seront plus les derniers champions en titre.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
frost81
Il y a 3 heures
Le 21/05/2024 à 18:33

les vrais Albigeois seront avec eux pour les soutenir !