WWE Backlash France : un show de catch géant à Lyon ce week-end

La LDLC Arena de Lyon-Décines accueille depuis hier soir et ce samedi soir les deux premiers shows de la WWE, compagnie américaine de catch mondialement connue, diffusés depuis la France. Entre 25.000 et 30.000 personnes environ sont attendues du côté de la LDLC Arena, qui propose 16.000 places lors d'une configuration concert et environ 12.000


WWE Backlash France : un show de catch géant à Lyon ce week-end

La LDLC Arena de Lyon-Décines accueille depuis hier soir et ce samedi soir les deux premiers shows de la WWE, compagnie américaine de catch mondialement connue, diffusés depuis la France. Entre 25.000 et 30.000 personnes environ sont attendues du côté de la LDLC Arena, qui propose 16.000 places lors d’une configuration concert et environ 12.000 lors des matchs de basket de l’Asvel. Et tout est complet, selon les organisateurs, malgré des tarifs entre 118 et… 2.500 euros. «C’est inimaginable», confie à BMFTV.com, Christophe Agius, l’un des deux commentateurs français de la WWE depuis 24 ans. «Il y a encore deux, trois ans on ne pouvait que doucement rêver. C’est la fin d’une longue d’attente, que l’on pensait en fait impossible, qui arrive à Lyon. Évidemment on travaille la WWE au corps depuis des années pour qu’ils viennent en France.» Backlash France est le premier PLE organisé par la compagnie basée à Stamford, dans le Connecticut aux États-Unis, depuis Wrestlemania 40. Backlash sera diffusé en direct samedi soir à 19 heures sur le WWE Network et en rediffusion mardi 7 mai à 20h55 sur AB1.

«Les officiels et les superstars étaient complètement dingues de l’ambiance chez nous lors des shows non-diffusés comme à Paris. Si Lyon se passe bien, et je n’ai aucun doute là-dessus, forcément cela ouvrira des portes. On peut toujours rêver de voir la WWE pérenniser la chose», espère Christophe Agius. Le «plus grand événement de tous les temps» pour la WWE a réuni les 6 et 7 avril derniers plus 145.000 personnes au sein du stade Lincoln Financial Field de Philadelphie.

‘ data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/dugout/index.js »>

Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *