VIDEO. Mort d’André Trigano : la fin du parcours d’un extraordinaire animal politique

Carnet noir, Commémorations - Hommages, Ariège Publié le 06/05/2024 à 15:01 , mis à jour à 22:33 Laurent Gauthey l'essentiel Vingt-et-une campagnes électorales, dix-neuf victoires à son palmarès… André Trigano était un extraordinaire animal politique : maire de Mazères durant 24 ans, puis de Pamiers pendant 25 ans, il fut aussi député, et conseiller départemental et


Publié le
, mis à jour

l’essentiel
Vingt-et-une campagnes électorales, dix-neuf victoires à son palmarès… André Trigano était un extraordinaire animal politique : maire de Mazères durant 24 ans, puis de Pamiers pendant 25 ans, il fut aussi député, et conseiller départemental et régional. Lorsqu’il a quitté l’arène politique, en juin 2020, il briguait un cinquième mandat de maire, à l’âge de 94 ans.

Son appétit de la chose publique ne l’a jamais quitté, et ne s’est éteint qu’avec lui. Battu aux dernières municipales, en juin 2020, après être arrivé en tête au premier tour, André Trigano ne siégeait plus au conseil municipal de Pamiers, ni au conseil communautaire : il était bien obligé d’écouter son corps, qui lui réclamait un peu de répit. Mais il gardait un œil avisé sur les événements politiques, toujours passionné par la ville dont il a été maire durant 25 ans. Il n’hésitait pas à convoquer des conférences de presse pour défendre son bilan, ou bien parler d’avenir. Apaisé, il avait tendu la main, en décembre dernier, à Frédérique Thiennot, qui lui a succédé : « On peut aller plus vite quand on travaille ensemble », avait-il indiqué, avant d’ajouter que « la majorité peut continuer seule, mais c’est seule, qu’elle portera son échec ». 

En février dernier est inauguré un rond-point qui porte son non, au coeur du village auto, l’une de ses nombreuses réalisations.
En février dernier est inauguré un rond-point qui porte son non, au coeur du village auto, l’une de ses nombreuses réalisations.
DDM – Q,.B.

Justement, les deux adversaires politiques se sont tenus par la main, et les observateurs l’ont noté, lors de l’inauguration du rond-point qui porte son nom, au coeur du village auto. Ce fut, le 14 février dernier, ce qui restera sa dernière apparition publique, point d’orgue d’une extraordinaire carrière politique : André Trigano a été maire de Mazères pendant 24 ans, puis de Pamiers pendant 25 ans. Il aura connu vingt-et-une campagnes électorales, en aura remporté dix-neuf. En ville, ces dernières semaines, certains prétendaient qu’il agissait encore, en coulisses, dans la préparation du futur scrutin municipal. Et qu’il aurait bien figuré sur une liste.

Lors de son départ de l’hôtel de ville, en juin 2020, après l’élection de Frédérique Thiennot.
Lors de son départ de l’hôtel de ville, en juin 2020, après l’élection de Frédérique Thiennot.
DDM – DDM BRUNO HUET

« Vous avez vu comme Pamiers a changé »

Artisan de la venue de l’entreprise Ruggieri, à Mazères, André Trigano aura profondément marqué l’évolution de Pamiers. « Vous avez vu comme Pamiers a changé » ? André Trigano aimait bien lancer cette évidence. Certes, l’ancien maire n’était pas parti de rien. On peut même être certain que cet homme doué pour les affaires avait compris qu’il y avait ici un patrimoine à faire fructifier. Le savoir-faire d’André Trigano fut d’encourager une tendance naturelle à l’essor que personne ne contestera. Cette volonté de développement a croisé avec bonheur une période de relative relance économique qui aura duré dix ans, de 1995 à 2005.

Le centre aquatique Neptunia porte la signature d’André Trigano
Le centre aquatique Neptunia porte la signature d’André Trigano
DDM – FLORENT RAOUL

Le règne Trigano, c’est donc l’époque où Pamiers se dote de zones commerciales de grande dimension, où la zone industrielle de Pic se densifie jusqu’à imposer l’aménagement de sa sœur cadette, Gabrielat. C’est l’arrivée de l’autoroute, des navettes SNCF avec Toulouse, le maintien du 1er RCP (ce n’était pas gagné), la réalisation du Village-Auto, du centre nautique Neptunia, de la maison des associations, la rénovation ou la construction de groupes scolaires, de la cantine de terroir, de la maison de l’enfance, de la médiathèque, dernièrement de la salle multisports, de la piste de BMX etc. C’est la nouvelle station d’épuration, le sauvetage des abattoirs, et l’arrivée de la presse à matricer géante chez Aubert et Duval, l’assurance de pérenniser cette activité vité d’avenir à Pamiers.

« J’avais promis 1000 emplois, 3000 sont venus »

L’ère Trigano, c’est l’achat du Carmel, plus contesté de la Roue, la modernisation de la salle du jeu du Mail, du camping affermé à un privé. C’est en fait le développement de beaucoup de PME-PMI, d’activités industrielles ou commerciales, auquel il aura présidé et qu’il aura encouragé. André Trigano aimait dire « j’avais promis de créer 1 000 emplois, au bout du compte c’est 3 000 qui sont venus sur Pamiers ».

L’inauguration de la presse de 40 000 tonnes d’Aubert et Duval, en 2007.
L’inauguration de la presse de 40 000 tonnes d’Aubert et Duval, en 2007.
DDM – Archives

Mais, depuis 2010 l’essor s’est ralenti, le centre-ville a vieilli, les recettes de la ville se sont appauvries par la refonte de la taxe professionnelle, la ville a même été classée comme « pauvre », un qualificatif qui égratignait la fierté d’André Trigano, même s’il ouvrait la porte à de nouveaux financements extérieurs, longtemps boudés par l’élu appaméen. Ses opposants lui opposent aussi l’état actuel du commerce en centre-ville, un crève-cœur partagé par de nombreuses autres communes, mais André Trigano, interrogé par « La Dépêche » voici un an, n’a pas fui la critique : « A une époque, j’ai ouvert une porte à l’un de mes adjoints, qui voulait s’installer en périphérie, et tout le monde s’est engouffré », expliquait-il, avec un regret visible. Souvent visionnaire, jamais aveuglé par son propre parcours.

A lire aussi :
VIDEO. Mort d’André Trigano, ancien maire de Pamiers et député de l’Ariège, à l’âge de 99 ans

A lire aussi :
VIDEO. Mort d’André Trigano : des réactions qui transcendent les clivages politiques


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
masdazil
Il y a 2 heures
Le 06/05/2024 à 21:19

« Mais, depuis 2010 l’essor s’est ralenti, le centre-ville a vieilli »
Il me semble que c’est le contraire qui est arrivé à Figeac dans le Lot, du moins dans les années 1980-1990.
Bonne soirée.

Nogaragon3663
Il y a 3 heures
Le 06/05/2024 à 20:05

Si ma tante en avait on l’appelerait Trigano !

PLEURNICHOSORE
Il y a 5 heures
Le 06/05/2024 à 17:54

C’est bien triste. Nous noublierons pas ce gentil Monsieur, son parcours, la fierté de Pamiers. Merci Monsieur TRIGANO.