VIDEO. Mondial du plus gros mangeur de magret : dans les pas du Gersois Bernard Lasbats, champion à 17 reprises à Saramon

Insolite, Gastronomie et terroir, Gers Publié le 21/05/2024 à 20:06 , mis à jour à 20:49 KC l'essentiel À Saramon, dans le Gers, le championnat du monde des mangeurs de magrets se déroulait ce mardi 21 mai. Avec 17 victoires au compteur, Bernard Lasbats était le grand favori de cette 46e édition. Nous avons suivi sa préparation…


Publié le
, mis à jour

KC

l’essentiel
À Saramon, dans le Gers, le championnat du monde des mangeurs de magrets se déroulait ce mardi 21 mai. Avec 17 victoires au compteur, Bernard Lasbats était le grand favori de cette 46e édition. Nous avons suivi sa préparation…

« Je viens pour la première fois et j’ai entendu dire que quelqu’un ne faisait que gagner », glisse une spectatrice curieuse du concours. À l’approche du championnat du monde des mangeurs de magrets de canard, béret bleu électrique vissé sur le crâne, Bernard Lasbats s’apprête à participer à une 18e édition.

Connu comme le loup blanc, il compte 17 victoires et une seule petite défaite : « J’ai perdu en 2016 ou 2017 car ils m’ont mis un canard dur comme le poteau à cause de la grippe aviaire, je ne pouvais pas le couper », raconte le Castillonnais, bon perdant. Personnage convivial, il ne laisse personne indifférent. Son hégémonie reconnue, certains aimerait ironiquement qu’elle s’arrête : « Il ne faut pas qu’il gagne, c’est toujours lui ! » glisse un habitué en rigolant.

Il participe pour gagner mais sans se prendre au sérieux : « Il n’y a pas de préparation, aucun régime, je mange comme d’habitude. J’arrive ici les mains dans les poches, en touriste et on passe à l’action », rit-il.

En bleu de la tête aux pieds, personne ne pouvait manquer le roi de l’épreuve.
En bleu de la tête aux pieds, personne ne pouvait manquer le roi de l’épreuve.
DDM – KC

Durant la bataille, chacun aura sa technique, le champion connaît déjà la sienne : « Il faut découper des gros morceaux, peu mâcher mais assez vite », détaille-t-il. Le tout, sans toucher aux bouteilles de vins distillées sur la table : « Je bois de l’eau car j’ai de la route à faire et je ne veux pas de soucis avec les gendarmes ! »

Pourtant, le roi n’a pas sa couronne sur la tête au départ du challenge. Absent pour raisons personnelles l’an passé, il a dû renoncer à son trône et c’est Pierre Idrac qui en a profité pour s’asseoir dessus en 2023.

970 grammes pour le vainqueur de 2024 !

Sous le chapiteau, le public se rassemble impatiemment autour de la grande table du concours, terrain de bataille du concours. Une organisatrice explique : « On a 18 participants cette année dont deux femmes, on est en train de finir la cuisson ». Les participants arrivent enfin. Autour d’eux, une foule intergénérationnelle de plusieurs centaines de curieux est venue voir la 46e édition de ce concours atypique.

Sur la ligne de départ, l’ambiance est bonne enfant. Chaque participant a devant lui trois magrets d’un poids total de 1 kg. L’objectif est d’en manger le plus possible en cinq minutes et les règles sont simples : pas le droit aux mains, on ne coupe qu’avec des couverts en bois ou en plastique.

Bernard dans ses œuvres lors du concours du 21 mai à Saramon.
Bernard dans ses œuvres lors du concours du 21 mai à Saramon.
DDM – KC

Le top départ est enfin donné. Bernard est redoutablement efficace : un magret englouti en un peu plus d’une minute pour le retraité de 68 ans. « Il va encore gagner », entend-on à l’approche du sprint final. Il mange, il tranche, mais à dix secondes de la fin, un concurrent se lève, l’assiette vide. Bernard est le premier à applaudir la performance du nouveau champion : Fabien Tort, de Saint-Girons (Ariège).

Une poignée de mains pleine de respect entre le maître et son successeur.
Une poignée de mains pleine de respect entre le maître et son successeur.
DDM – KC

Avec 915 grammes, il lui en a manqué 55 et une trentaine de secondes pour reprendre sa couronne. Mais, cette défaite n’enraye en rien l’humeur de Bernard : « Je ne suis pas mécontent, il y en a un qui a été meilleur que moi, c’est tout. Je voulais participer, je suis heureux », admet-il en ayant pourtant établi l’une de ses meilleures performances. Et quand on demande à Bernard s’il reviendra l’an prochain : « Oh, je pense que oui », glisse-t-il, avec un sourire malicieux.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Richard_ter
Il y a 7 minutes
Le 21/05/2024 à 21:41

après les feria, le magret
bon manger bon boire dans le sud ouest