VIDEO. « Lorsque j’ai du magret dans l’assiette, il n’y a pas beaucoup de gaspillage » : pour son premier concours, ce jeune Ariégeois devient le meilleur mangeur de magrets du monde

Insolite, Gastronomie et terroir, Culture et loisirs Publié le 22/05/2024 à 19:46 , mis à jour le 23/05/2024 à 15:43 Julien Bernard l'essentiel C’est une véritable performance qu’a réalisée Fabien Tort, ce mardi 21 mai, à l’occasion du championnat du monde de mangeur de magrets à Saramon (Gers). Totalement novice, le jeune Ariégeois remporte le titre


Publié le
, mis à jour

Julien Bernard

l’essentiel
C’est une véritable performance qu’a réalisée Fabien Tort, ce mardi 21 mai, à l’occasion du championnat du monde de mangeur de magrets à Saramon (Gers). Totalement novice, le jeune Ariégeois remporte le titre devant le favori local. Ce passionné de bonne chère revient sur cette belle expérience.

Cinq minutes. C’est le temps qu’il a fallu à Fabien Tort pour engloutir quasiment un kilo de magrets de canard. Un défi qu’ont tenté de réaliser les 18 participants (dont deux femmes) du championnat du monde de mangeur de magrets, organisé comme chaque année à Saramon dans le Gers. Ce mardi 21 mai 2024, l’Ariégeois a notamment dû affronter le Gersois Bernard Lasbats, vainqueur 17 fois de la compétition.

À la surprise générale, le champion local a été détrôné par un novice. « C’est la première fois que je participais à ce genre de concours donc il n’y a pas eu de préparation. Je voulais simplement découvrir l’événement et comme j’aime bien manger et que j’ai un bon appétit, je me suis dit pourquoi pas essayer. J’étais plus là pour m’amuser. »

Une poignée de mains pleine de respect entre le maître et son successeur.
Une poignée de mains pleine de respect entre le maître et son successeur.
DDM K.C.

Une victoire d’autant plus gratifiante que le gérant de la brasserie « L’Eden » à Saint-Girons a battu une majorité de Gersois sur leurs terres, avec leur spécialité. Un autre Ariégeois avec qui il a fait le déplacement, Thierry Galey a fait bonne figure également en prenant la sixième place.

A lire aussi :
VIDEO. Mondial du plus gros mangeur de magret : dans les pas du Gersois Bernard Lasbats, champion à 17 reprises à Saramon

« L’instinct animal prend le dessus »

« C’est gratifiant et cela fait plaisir mais je n’ai pas gagné les 100 mètres natation aux Jeux olympiques non plus. On a les champions qu’on mérite », plaisante le jeune homme de 26 ans. Sans tactique particulière, le solide gaillard a su gérer son temps et s’est montré efficace pendant la compétition. « La particularité de ce concours est qu’il a fallu gérer l’utilisation des couverts en plastique ou en bois pour ne pas les casser et perdre du temps. Les classiques n’étaient pas autorisés tout comme manger avec les doigts. On se met dans sa bulle, on pose le cerveau et on avale. L’instinct animal prend le dessus. »

L’autre capacité qu’il lui a permis de faire la différence est la coordination pour couper les magrets et mastiquer en même temps. Chaque seconde a son importance. C’est à peine s’il a eu le temps de boire une gorgée de vin à la fin du temps imparti. Comme beaucoup de ses concurrents, Fabien Tort a jeûné le repas de midi pour avoir de l’appétit, même s’il a mangé une chocolatine à 11 heures. Le concours débutait lui à 16 h 30.

A lire aussi :
VIDEO. « Manger le maximum de magrets en 5 minutes » : le record du monde du plus gros mangeur de canard sera-t-il battu 20 ans après dans le Gers ?

« Je suis un vrai viandard »

Gourmet et gourmand, ce dernier a déjà participé à des concours de cuisine mais derrière les fourneaux et non pas à table. Bon vivant, cet ancien joueur de rugby amateur avoue que son bon coup de fourchette l’a certainement bien aidé pour réussir cet exploit. « Je suis un vrai viandard, confirme-t-il, du bœuf, des agneaux… Généralement lorsque j’ai du magret dans l’assiette, il n’y a pas beaucoup de gaspillage. Je suis chasseur et adore la gastronomie. »

Outre sa brasserie à Saint-Girons, Fabien Tort a une activité de traiteur.
Outre sa brasserie à Saint-Girons, Fabien Tort a une activité de traiteur.
DDM, Julien Bernard

C’est dans cet esprit-là qu’il a pris part à la 46e édition de ce concours atypique dans le Gers. « J’ai toujours plaisir à profiter de la gastronomie et culture locale. » S’il le peut, l’Ariégeois n’est pas contre participer à d’autres concours de nourriture et remettra son titre en jeu l’an prochain. Il en profite pour taquiner ses adversaires : « Ils auront un an pour s’entraîner et pour me battre ». Ce titre ne va pas lui monter à la tête, par contre, il risque de prendre du « gros ventre », sourit-il.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (10)
leroidé
Il y a 2 heures
Le 23/05/2024 à 13:49

« Performance » ? Je parlerais plutôt de gloutonnerie en pensant à ceux qui ne mangent pas à leur faim.

DomiOX
Il y a 5 heures
Le 23/05/2024 à 10:47

Et quel intérêt ? Décidemment la bêtise humaine est sans limite. Désespérant.

Momoye31
Il y a 5 heures
Le 23/05/2024 à 10:45

Indécence pure ! Absurdité. J’espère qu’il ne va pas arborer une médaille au revers de sa veste. Futur candidat à l’obésité et à l’infarctus