TÉMOIGNAGE. JO de Paris 2024 : porteur de la flamme olympique à Tarbes, Guilhem Garrigues a vécu « une journée de dingue »

JO de Paris 2024, Montauban, Tarn-et-Garonne Publié le 21/05/2024 à 07:01 Florent Duprat l'essentiel Guilhem Garrigues, le journaliste rugby de Canal + originaire de Montauban, en Tarn-et-Garonne, a porté la flamme olympique à Tarbes (Hautes-Pyrénées), dimanche 19 mai 2024. Il confie son émotion après avoir vécu "une journée de dingue". Un honneur dont il a pu bénéficier


Publié le

l’essentiel
Guilhem Garrigues, le journaliste rugby de Canal + originaire de Montauban, en Tarn-et-Garonne, a porté la flamme olympique à Tarbes (Hautes-Pyrénées), dimanche 19 mai 2024. Il confie son émotion après avoir vécu « une journée de dingue ». Un honneur dont il a pu bénéficier grâce à une récompense pour son documentaire sur le capitaine du XV de France Antoine Dupont, réalisé à l’occasion de la Coupe du monde de rugby 2023.

« J’atterris à peine émotionnellement. » Près de 24 heures après avoir porté la flamme des Jeux olympiques de Paris 2024, Guilhem Garrigues en est encore bouleversé. Le journaliste spécialisé dans le rugby et originaire de Montauban, en Tarn-et-Garonne, a eu l’immense honneur de faire partie du convoi du symbole olympique à Tarbes (Hautes-Pyrénées), dimanche 19 mai 2024.

A lire aussi :
JO de Paris 2024 : « J’ai descendu la Canebière avec la flamme olympique » : l’ancien marathonien René Combes se souvient

Un privilège offert par un partenaire des JO grâce au Micro d’Or décroché pour le documentaire « Dupont, naturellement », qui dresse le portrait d’Antoine Dupont, le capitaine du XV de France, juste avant le début de la Coupe du monde de rugby à XV 2023 en France, en septembre dernier.

Entourés par des sportifs et des personnalités locales

« C’est une journée de dingue, c’est exceptionnel pour un fan de sports comme moi », poursuit celui qui est installé depuis une vingtaine d’années désormais en région parisienne. « C’est une organisation énorme réglée comme du papier à musique. Pendant quatre heures, on est dans une bulle et on profite d’un moment suspendu dans le temps », image celui qui a fait ses armes à La Dépêche du Midi.

A lire aussi :
JO de Paris 2024 : « J’ai accompagné la flamme olympique en 1992 », raconte le Tarn-et-Garonnais René Roumiguié

Convoqué en milieu d’après-midi, Guilhem Garrigues était entouré de nombreux champions, dont les basketteuses championnes d’Europe Céline Dumerc et Isabelle Yacoubou, la handballeuse championne du monde Valérie Nicolas ou encore des personnalités locales comme le guitariste du groupe bigourdan Boulevard des Airs, Florent Dasque.

Matricule E 75

« La journée débute par un briefing où on nous explique la symbolique de la flamme, mais aussi la partie technique lorsque l’on est sur le parcours, détaille le journaliste. Ensuite, on revêt la tenue blanche, on colle notre numéro (E 75 pour le Tarn-et-Garonne) sur le cœur et on embarque dans un bus qui nous dépose sur notre partie du tracé. À partir de là, on sent vraiment que l’on est au cœur de la préoccupation des gens sur le bord de la route. C’est un moment unique. »

A lire aussi :
JO de Paris 2024 : une Tarn-et-Garonnaise portera la flamme à La Réunion

Sur le tracé, Guilhem Garrigues doit porter la torche sur l’avenue des Forges, en fin de parcours. « Peu à peu, le bus se vide. On prend vraiment conscience de la chance que l’on a. Il y a de l’excitation, du stress et une pointe de fierté. »

« Une parenthèse dans le temps »

Vers 18 heures, Jean-Pierre Siutat, le président haut-pyrénéen de la fédération française de basket-ball, tend la flamme au Tarn-et-Garonnais. À partir de là, Guilhem Garrigues bascule dans une autre dimension, il est, pendant deux minutes, le centre de l’attention. « C’est une parenthèse dans le temps. C’est à la fois long et tellement court. J’ai l’impression de ne pas avoir assez profité. Avec toutes les émotions qui se mélangent dans la tête, c’est difficile à décrire et expliquer ! », avoue-t-il. Surtout devant sa compagne et son fils.

Revenu chez lui, Guilhem Garrigues prend conscience de l’opportunité unique qui lui a été offerte. « Je vais garder précieusement la tenue blanche et l’anneau souvenir de cette journée. Et je me souviendrai aussi des parcours de vie singuliers de nombreux autres anonymes porteurs de la flamme et engagés dans le sport. C’est une journée qui restera gravée dans ma mémoire. », conclut le Montalbanais.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,

Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?