Saint-Projet : les bouillants bouilleurs ont allumé le feu

Traditions, Gastronomie et terroir, Saint-Projet Publié le 01/05/2024 à 20:01 Correspondant de la rédaction du Tarn-et-Garonne l'essentiel L’authenticité festive et gourmande était au rendez-vous de la première Fête du « biaïs » à Saint-Projet (Tarn-et-Garonne), autour de l’agneau du Quercy. Paysan-traiteur, paysan-boulanger, paysan-fromager, ont uni leurs talents pour célébrer la première rencontre entre bouilleurs ambulants et bouilleurs


Saint-Projet : les bouillants bouilleurs ont allumé le feu
Publié le

l’essentiel
L’authenticité festive et gourmande était au rendez-vous de la première Fête du « biaïs » à Saint-Projet (Tarn-et-Garonne), autour de l’agneau du Quercy.

Paysan-traiteur, paysan-boulanger, paysan-fromager, ont uni leurs talents pour célébrer la première rencontre entre bouilleurs ambulants et bouilleurs de cru qui s’est déroulée dans l’espace de la Cuma (interdépartementale) de Caylus (Tarn-et-Garonne), présidée par Jean-Louis Estripeau.

Au pied de l’alambic et des tournebroches où cuisaient les agneaux du Quercy (deux du Lot et deux de Tarn-et-Garonne), Nicole, la Parisienne, résume son bonheur : « Quelle merveille cette fête où se côtoient la simplicité, l’authenticité, le goût des produits locaux, la découverte d’un métier méconnu présenté par des gens passionnés ! De plus, je découvre que, ayant quelques arbres fruitiers dans notre jardin citadin, je peux devenir bouilleur de cru. Jamais je n’aurais imaginé », s’exclamait-elle en rangeant le set de table informatif « Vous avez des fruits ? Vous pouvez faire distiller ! »

160 convives, dont le maire de Saint-Projet, Christian Frauciel
160 convives, dont le maire de Saint-Projet, Christian Frauciel
DDM – N. V.-F.

Chantre des bouilleurs ambulants, le président du syndicat interdépartemental (Lot et Tarn-et-Garonne), Jacques Laniès, bouillant bouilleur, de 85 ans, espère que l’expérience sera renouvelée. Il a insisté aussi sur le sauvetage du métier désormais possible grâce à la loi du 1er janvier 2024 abolissant le privilège initié par Napoléon.
Sous l’égide de Saint-Laurent, patron des cuisiniers, le Quercy s’est réunifié autour des richesses gourmandes du territoire, faisant fi des démarcations officielles.

Naissance du grocamadour

Parmi les choses marquantes, le moulin de « Las Vinhassas », à Loze, qui est le seul endroit en Tarn-et-Garonne où est fabriqué le célèbre cabécou labellisé Rocamadour. Pour cette première Fête du « biaïs », Julie et Sylvain, chevriers, ont créé un gros fromage à cuire en cassole dans les braises qui servent à chauffer l’alambic : le grocamadour.

Stéphane Linou accueille un vigneron des Coteaux du Quercy
Stéphane Linou accueille un vigneron des Coteaux du Quercy
DDM – N. V.-F.

On peut évoquer ensuite le cognolage, soit le regroupement des petits bouilleurs de cru.
Pour la première fois, a été mis en pratique le concept RTE (Responsabilité territoriale des entreprises). L’entreprise Cartes sur tables de Stéphane Linou a apporté son soutien logistique et financier. Et on a trinqué avec le vin offert par Guy Cammas, du domaine du Gabachou, à Montpezat-de-Quercy.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,

Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *