Renforcement de la Sécurité et Concertation sur la Violence des Mineurs : Opération « Autorité »

Opération «autorité» lancée. Alors que le premier ministre doit effectuer un déplacement sur ce thème jeudi matin à Viry-Châtillon (Essonne), - ville endeuillée par la mort de Shemseddine, cet adolescent de 15 ans passé à tabac à proximité de son collège - , l’exécutif dévoile son jeu sur la question sécuritaire. Dont se sont, depuis


«Grenelle» sur la violence des mineurs, sécurisation des établissements scolaires… Le plan de l’exécutif pour les jeunes

Résumé :
Le gouvernement français lance une opération « autorité » avec un accent particulier sur la question sécuritaire. Cette initiative fait suite à une série d’événements tragiques impliquant des jeunes, suscitant une demande de concertation sur la violence des mineurs.

1. Dévoilement de l’Opération « Autorité »
Alors que le premier ministre prévoit un déplacement à Viry-Châtillon, une ville endeuillée par la mort tragique de Shemseddine, le gouvernement dévoile son engagement en matière de sécurité. Gabriel Attal prononcera un discours sur « l’autorité au cœur de la République ».

2. Demande de Concertation sur la Violence des Mineurs
Emmanuel Macron, suite à l’agression de Samara à Montpellier, demande une « grande concertation » sur la violence des mineurs. Cette initiative, similaire au « Grenelle » sur les violences conjugales, vise à trouver des réponses au « surgissement de l’ultraviolence » dans la société.

3. Objectif et Mobilisation
L’objectif est de mettre fin au processus de décivilisation en mobilisant tous les acteurs, y compris les maires, les associations, les parents et les professeurs. Cette mobilisation, comparable à la lutte contre les féminicides, nécessite un travail de longue haleine.

Une Nouvelle Circulaire
Pour renforcer la sécurité dans les établissements scolaires, la ministre de l’Éducation nationale et la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté ont envoyé une circulaire aux autorités compétentes. Cette circulaire demande la mise en place d’états-majors de sécurité, le partage de bilans et l’identification des établissements particulièrement sensibles.

À lire aussi


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *