«Ordinateur, cafetière, imprimante» : une SDF vivait dans l’enseigne d’un supermarché américain, nichée sur le toit

Une découverte inattendue : en ouvrant l’enseigne sur le toit d’un supermarché Family Fare, dans le Michigan (États-Unis), des prestataires de l’entreprise ont découvert une personne sans domicile fixe qui vivait dans cette structure réduite depuis plus d’un an. Le logement improvisé était pourtant spartiate : un espace 1,5 mètre de large et 2,4 mètres de haut


Une découverte inattendue : en ouvrant l’enseigne sur le toit d’un supermarché Family Fare, dans le Michigan (États-Unis), des prestataires de l’entreprise ont découvert une personne sans domicile fixe qui vivait dans cette structure réduite depuis plus d’un an. Le logement improvisé était pourtant spartiate : un espace 1,5 mètre de large et 2,4 mètres de haut, avec une porte uniquement accessible par le toit.

Situé à 209 km au nord de Detroit, le magasin se trouve dans une zone commerciale. Son enseigne en forme de triangle est situé au sommet du bâtiment. Cette découverte est partie d’une simple observation des prestataires le 23 avril. Curieux de voir une rallonge électrique sur le toit, ils ont donc fait connaissance avec cette femme de 34 ans.

«Elle était sans domicile fixe, a déclaré Brennon Warren, agent de la police de Midland, dans des propos relayés par Associated Press. Quelqu’un qui vit dans une enseigne, c’est une histoire qui vous fait vous gratter la tête.» À l’intérieur, les forces de police ont fait l’inventaire des biens présents dans l’enseigne : «un mini-bureau, des vêtements. une cafetière Keurig, une imprimante et un ordinateur. Un plancher a également été posé». La rallonge électrique lui permettait d’avoir de l’électricité grâce à une prise de courant située sur le toit.

«Je ne sais pas comment elle est montée là-haut»

La trentenaire a assuré à la police qu’elle avait un emploi. Mais un mystère reste à éclaircir : sa méthode pour grimper sur le toit puis entrer dans l’enseigne. Aucune échelle n’a été retrouvée. «Honnêtement, je ne sais pas comment elle est montée là-haut», s’interroge Brennon Warren, qui laisse entendre qu’elle aurait pu grimper ailleurs, par d’autres commerces attenants.

La question restera probablement sans réponse. Après s’être montrée coopérative, elle a rapidement accepté de quitter les lieux et aucune charge n’a été retenue contre elle. «Elle s’est excusée et a poursuivi son chemin, je ne sais pas ce qu’elle est devenue par la suite», affirme l’agent de police.

Un porte-parole de SpartanNash, la société mère de Family Fare, a assuré que les employés du magasin avaient réagi «avec la plus grande compassion et le plus grand professionnalisme».