Nouvelle-Calédonie: Bruno Le Maire veut une « indemnisation rapide et juste » des assureurs

Le ministre de l'Economie va réunir les assureurs "la semaine prochaine" au sujet de l'indemnisation des dégâts causés par les violences en Nouvelle-Calédonie. Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, réunira les assureurs "la semaine prochaine" afin de "garantir une indemnisation rapide et juste" des dégâts causés par les violences en Nouvelle-Calédonie


Le ministre de l’Economie va réunir les assureurs « la semaine prochaine » au sujet de l’indemnisation des dégâts causés par les violences en Nouvelle-Calédonie.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, réunira les assureurs « la semaine prochaine » afin de « garantir une indemnisation rapide et juste » des dégâts causés par les violences en Nouvelle-Calédonie, a annoncé ce vendredi son cabinet.

Le montant des dégâts économiques est encore en cours d’évaluation et sera communiqué lorsqu’il sera « stabilisé et fiable », selon la même source, relayant le « soutien » de Bruno Le Maire « aux élus et au monde économique de Nouvelle-Calédonie ».

« Cellule de crise économique »

Le cabinet du ministre n’a pas donné de date précise pour la réunion prévue avec les assureurs. Cette annonce intervient à l’issue d’une réunion téléphonique qui s’est tenue vendredi matin (heure de Paris) entre le ministre, la ministre déléguée aux Outre-mer Marie Guévenoux ainsi que les élus et représentants du monde économique de Nouvelle-Calédonie.

Nouvelle-Calédonie : une crise profonde – 16/05
Nouvelle-Calédonie : une crise profonde – 16/05

54:06

Cet échange a permis la mise en place d’une « cellule de crise économique » rassemblant les services de l’Etat, les acteurs économiques et les élus locaux, selon le cabinet. « Cette cellule aura pour objectif de faire remonter les données rapidement et de travailler sur la reconstruction et la relance économique de l’île », a-t-il ajouté.

Depuis lundi, la Nouvelle-Calédonie est en proie à une vague de violences liée à la fronde contre une réforme électorale votée à Paris. Le texte voté vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales. Les partisans de l’indépendance estiment que cette modification risque de réduire leur poids électoral et marginaliser « encore plus le peuple autochtone kanak ». Cinq personnes sont mortes depuis ce soulèvement: deux hommes de 20 et 36 ans, une adolescente de 17 ans et deux gendarmes.

P.L. avec AFP

,

Le ministre de l’Economie va réunir les assureurs « la semaine prochaine » au sujet de l’indemnisation des dégâts causés par les violences en Nouvelle-Calédonie.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, réunira les assureurs « la semaine prochaine » afin de « garantir une indemnisation rapide et juste » des dégâts causés par les violences en Nouvelle-Calédonie, a annoncé ce vendredi son cabinet.

Le montant des dégâts économiques est encore en cours d’évaluation et sera communiqué lorsqu’il sera « stabilisé et fiable », selon la même source, relayant le « soutien » de Bruno Le Maire « aux élus et au monde économique de Nouvelle-Calédonie ».

« Cellule de crise économique »

Le cabinet du ministre n’a pas donné de date précise pour la réunion prévue avec les assureurs. Cette annonce intervient à l’issue d’une réunion téléphonique qui s’est tenue vendredi matin (heure de Paris) entre le ministre, la ministre déléguée aux Outre-mer Marie Guévenoux ainsi que les élus et représentants du monde économique de Nouvelle-Calédonie.

Nouvelle-Calédonie : une crise profonde – 16/05
Nouvelle-Calédonie : une crise profonde – 16/05

54:06

Cet échange a permis la mise en place d’une « cellule de crise économique » rassemblant les services de l’Etat, les acteurs économiques et les élus locaux, selon le cabinet. « Cette cellule aura pour objectif de faire remonter les données rapidement et de travailler sur la reconstruction et la relance économique de l’île », a-t-il ajouté.

Depuis lundi, la Nouvelle-Calédonie est en proie à une vague de violences liée à la fronde contre une réforme électorale votée à Paris. Le texte voté vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales. Les partisans de l’indépendance estiment que cette modification risque de réduire leur poids électoral et marginaliser « encore plus le peuple autochtone kanak ». Cinq personnes sont mortes depuis ce soulèvement: deux hommes de 20 et 36 ans, une adolescente de 17 ans et deux gendarmes.

P.L. avec AFP

,