Nouveau risque d’effondrement à Toulouse : un immeuble de la rue des Lois a été évacué dans la nuit

Faits divers, Toulouse, Haute-Garonne Publié le 21/05/2024 à 22:20 , mis à jour le 22/05/2024 à 11:11 Rémi Buhagiar l'essentiel La police nationale et les pompiers sont intervenus mardi 21 mai en soirée rue des Lois à Toulouse, où un immeuble risque de s’effondrer. Les occupants ont été évacués. Un immeuble situé 12 rue des Lois


Publié le
, mis à jour

l’essentiel
La police nationale et les pompiers sont intervenus mardi 21 mai en soirée rue des Lois à Toulouse, où un immeuble risque de s’effondrer. Les occupants ont été évacués.

Un immeuble situé 12 rue des Lois à Toulouse, a été évacué mardi soir. Cinq personnes ont été priées de quitter leurs logements par les fonctionnaires de police et les pompiers. Le bâtiment, qui abrite un commerce en rez-de-chaussée et des locataires aux trois étages supérieurs, risquerait de s’effondrer.

A lire aussi :
« Le projet d’une vie anéanti » : un restaurateur désespéré après les effondrements d’immeubles à Toulouse

Les secours ont déployé des spécialistes en « risque bâtimentaire » sur place pour évaluer les dégâts. Un architecte était également attendu. Son diagnostic sera déterminant pour la suite des opérations. La mairie a proposé une solution de relogement aux trois occupants de cet immeuble où des infiltrations d’eau ont été constatées au niveau du plancher et du plafond.

Vers 23 h 30, les pompiers ont indiqué que seul l’immeuble du numéro 12 était concerné par un risque d’effondrement. La mairie a rédigé un arrêté de mise en sécurité et le périmètre autour du site était maintenu.

Un effet Domino ?

Depuis presque quatre mois, de nombreux bâtiments font l’objet d’une surveillance particulière à Toulouse. Le premier épisode de cette série a eu lieu le 9 mars. Ce jour-là, un immeuble s’est écroulé au 4 rue Saint Rome, quelques jours après son évacuation. La première pièce du Domino tombe. L’onde de choc a fragilisé un bâtiment avoisinant, au 1 rue des Puits Clos, évacué dans la foulée.

A lire aussi :
Effondrement d’un immeuble à Toulouse : la Région vient en aide aux commerçants les plus impactés

Le 13 mars, une nouvelle évacuation préventive, dans un immeuble situé 15 rue Vélane entre les Carmes et le Grand Rond. Trois jours après, les habitants du 2 bis place de Belfort ont dû quitter leur logement. Le 22 mars, l’effondrement d’un mur mitoyen obligeait à évacuer une habitation rue des braves, dans le secteur des Fontaines. Quelques jours plus tard, les secours procédaient à des vérifications au 55 rue de la pomme, aucun péril n’était relevé mais le propriétaire était prié d’étayer. Entre le 5 et le 7 avril, des murs fragilisés entraînaient des évacuations d’immeubles rue Castellane et rue de l’Industrie. Jeudi 9 mai un mur d’une maison située dans le quartier Guilhemery s’est écroulé. En l’espace de deux mois dans la Ville rose, huit immeubles ont été évacués.

A lire aussi :
Immeuble qui menace de s’effondrer à Toulouse : un « tunnel » de protection, l’idée de la mairie pour rouvrir la circulation aux piétons dans la rue Peyras

Voir les commentaires

,

L’immobilier à Toulouse
Toutes les annonces immobilières de Toulouse


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (19)
Joshua65
Il y a 46 minutes
Le 22/05/2024 à 11:02

Catastrophique cette série… je vis exactement la même situation à St Lary Soulan rue principale et piétonne depuis 6 années. Limmeuble recevant du public de masse est toujours ouvert malgré le passage de 3 experts judiciaires préconisants la fermeture de l’immeuble pour effondrement incontestable. L’immeuble est valider en péril par deux experts.
L’immeuble est maintenu par 16 étais, préfecture informée et tout les organismes de sécurité des hautes Pyrénées se renvoient la balle et malgré cela Mr le Maire ne prend aucune décision pour la protection des clients et touristes. C’est une véritable catastrophe qui se prépare. Ici dans les hautes Pyrénées l’enjeu politique est plus important que la vie des concitoyens… malgré les efforts aucun média ne répond à nos alertes.
Laffaire est complètement étouffée du grand public dans l’attente de faire la Une des journaux le jour où l’immeuble s’affaisse pour de bons.
Soyez prudents si vous venez flâner Rue Vincent
Mir à St Lary, la catastrophe est au tournant.
À bon entendeur
Cordialement
Joshua

YvesPuech
Il y a 1 heure
Le 22/05/2024 à 10:33

Toute la rue a été creusée pour faire les réseaux

ELEKTR
Il y a 1 heure
Le 22/05/2024 à 10:27

Difficile incriminer le métro.
En revanche, ce peuvent être des transformations sauvages [pose d’IPN pour suppression de mur porteur, bouchage d’aérations et affaiblissement consécutif des parties bois …] et/ou de l’entretien insuffisant du gros oeuvre.
Avec le bouclage du centre en terme d’accessibilité, les travaux faits à la sauvette devraient être plus difficiles à faire.
Mais les conditions des travaux d’entretien du gros oeuvre peuvent être dissuasives du fait même de l’accessibilité moindre [surcoûts en temps d’accès et en prix dû à l’acquittement de droits divers : échafaudages, stationnement …].