Mort de Matisse : « Je ne te réveillerai plus le matin… » Dans un hommage vibrant, son père espère que « justice sera faite »

Faits divers, France - Monde Publié le 01/05/2024 à 10:39 , mis à jour à 21:30 Cyril Brioulet   l'essentiel Le père de Matisse, l’adolescent de 15 ans poignardé par un adolescent afghan du même âge à Châteauroux, témoigne dans les médias. Il raconte qui était son fils, appelle au calme et espère que "justice


Mort de Matisse : “Je ne te réveillerai plus le matin…” Dans un hommage vibrant, son père espère que “justice sera faite”
Publié le
, mis à jour

l’essentiel
Le père de Matisse, l’adolescent de 15 ans poignardé par un adolescent afghan du même âge à Châteauroux, témoigne dans les médias. Il raconte qui était son fils, appelle au calme et espère que « justice sera faite ».

Il surnommait son fils Matou. Quelques jours après la mort de Matisse, 15 ans, poignardé par un adolescent afghan de 15 ans à Châteauroux le 27 mars, son père Christophe Marchais a réagi sur Facebook et dans les médias pour raconter qui était son fils.

A lire aussi :
Mort de Matisse : insultes à l’origine de l’altercation, implication de la mère, antécédents judiciaires… les zones d’ombre de l’affaire

« Mon Matou, ma grosse loutre, tu ne méritais pas ça… Personne ne mérite ça », écrit le père de famille sur sa page Facebook. « Tu étais un vrai gentil, prêt à tout pour tes amis quitte à te mettre tes parents à dos ». Un adolescent « bourré d’humour, d’humour noir même ». Christophe Marchais décrit son fils comme « un petit gamin super gentil », « joyeux et heureux » et qui « aimait tout le monde », dans une interview sur France 3 Centre Val-de-Loire. Comme de nombreux ados de son âge, Matisse aimait le football et jouait depuis plusieurs années à L’Étoile, un club de quartier de Châteauroux.

Christophe Marchais se souvient de « ces 15 années merveilleuses » avec son fils et raconte plusieurs scènes du quotidien : « Tu ne me taperas plus dans les côtes par derrière pour m’énerver, je ne te verrai plus passer au resto juste pour un bisou, je ne te réveillerai plus le matin quand ton réveil gonfle tout le monde depuis 30 minutes mais que, toi, tu ronfles ».

« Y’a pas d’excuses pour ça »

Le père de Matisse espère que le meurtrier présumé de son fils sera lourdement sanctionné. « Je suis désolé, mais même si c’était un gamin de 15 ans, y’a pas d’excuse pour ça. Retourner chez soi pour poignarder quelqu’un, en plus un copain avec qui on traîne depuis quelques semaines, c’est pas possible ». « Cette horreur est allée très vite, tu n’as pas trop souffert, espère-t-il en qualifiant « d’animaux » ceux qui s’en sont pris à Matisse, un fils et sa mère. Il poursuit : « J’espère que la justice sera faite, qu’elle ne sera pas trop laxiste, que ce sera un maximum ». R., le mineur afghan de 15 ans accusé de la mort de Matisse, a été mis en examen pour « meurtre » et écroué. Plutôt que « se morfondre et choisir la haine », Christophe Marchais promet à son fils de « vivre pour toi » et de « se marrer en ta mémoire ».

Surveiller ses enfants

Dans le message adressé à Matisse sur Facebook, Christophe Marchais appelle les parents à « surveiller leurs enfants car la vie est fragile ». Submergé par l’émotion, il confie sur France 3 Centre Val-de-Loire : « Ça va faire très vieux con, mais il faut pister les gamins, savoir où ils sont ». Et préconise de « couper les ponts » dès « la première fréquentation qui craint ». Il encourage l’utilisation par les parents d’applications de pistage ou de géolocalisation.

Pas de récupération politique

La mort de Matisse a suscité de nombreuses réactions politiques, en particulier à droite et à l’extrême-droite. Mais le père de famille prévient : « Je ne veux pas que qui que ce soit s’approprie la mort de Matou. Je ne veux pas que les gens montent au créneau – on sait qui va le faire – parce que c’était un afghan ». D’ailleurs il réfute catégoriquement que son fils ait pu prononcer des insultes racistes.

A lire aussi :
Mort de Matisse : « On va faire les choses en mémoire de notre fils, qui était un vrai gentil », son père s’exprime pour la première fois

Gabriel Attal, le Premier ministre, a appelé Christophe Marchais cette semaine. Le père et la mère de Matisse organiseront une marche blanche en mémoire de leur fils de 15 ans, samedi 4 mai à Châteauroux. « Matisse était un gamin super gentil. On veut quelque chose qui lui ressemble ».

Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (18)
99pourcent
Il y a 16 minutes
Le 01/05/2024 à 22:57

Récupération à droite? C’est le lfi qui récupère en accusant la droite….manipulation minable de l’extrême gauche….LFI défend les assassins…..on a tous compris..

Freddye
Il y a 4 heures
Le 01/05/2024 à 18:25

RIP pour Matisse hélas ….

LaMangouste
Il y a 6 heures
Le 01/05/2024 à 16:25

Je trouve dégueulasse la récupération politique de cette tragédie par l’extrême droite. Aucun respect pour la douleur des parents !!
Ils alimentent un cercle de la violence qui n’en finit jamais !!!
Ce jeune n’a pas tué Matisse car il était afghan (il aurait tout aussi bien pu être espagnol ou chinois, ce n’est pas la question) mais parce qu’il a pas été correctement éduqué.
A cause de ce problème d’éducation (qui ne touche pas que les jeunes) je trouve la société d’aujourd’hui hyper violente et irresponsable et gangrenée par les meurtres en ados, les violences conjugales, la violences contre les élus, les forces de l’ordre (et réciproquement). Et que dire de l’ambiance sur les routes de France…
La société devient folle !!! Les gens cèdent à leurs pulsions au moindre prétexte, même les plus futiles !!! Y a plus de respect ni de valeurs !!!
Il faudrait :
– sanctionner plus lourdement les auteurs d’atteinte aux personnes, sans parler d’atteinte physique, dès lors qu’il n’y a ne serait-ce que des menaces. La justice est trop laxiste à cet égard, voir l’exemple du maire de Janvry qui s’est fait menacer de se faire couper la tête (!!!) alors qu’il tentait de stopper un rodeo sur sa commune : la justice n’a rien fait pour retrouver l’auteur de ces menaces alors qu’il a été filmé et sa plaque minéralogique relevée !!! Ça laisse quand même songeur
– engager systematiquement la responsabilité civile et pénale des parents si ces auteurs sont mineurs (peines avec sursis, amendes, suspension des allocations, expulsion de leur logement).

CapTools
Il y a 2 heures
Le 01/05/2024 à 20:24

Ce qui vous émeut en premier lieu, c’est la récupération politique ? Vraiment ?


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *