Manon Aubry (LFI) appelle les candidats aux européennes à refuser toute rémunération annexe susceptible de créer un conflit d’intérêts

La tête de liste des Insoumis aux élections européennes Manon Aubry appelle dans une tribune publiée vendredi dans le journal Libération tous les candidats aux élections européennes à «refuser toute rémunération annexe susceptible de créer un conflit d'intérêts avec la fonction de député européen». «Un quart des députés européens actuels ont un emploi annexe rémunéré


Manon Aubry (LFI) appelle les candidats aux européennes à refuser toute rémunération annexe susceptible de créer un conflit d’intérêts

La tête de liste des Insoumis aux élections européennes Manon Aubry appelle dans une tribune publiée vendredi dans le journal Libération tous les candidats aux élections européennes à «refuser toute rémunération annexe susceptible de créer un conflit d’intérêts avec la fonction de député européen». «Un quart des députés européens actuels ont un emploi annexe rémunéré en plus de leurs indemnités d’élus», écrit la députée européenne, précisant que l’argent que touchent ses collègues leur est versé «notamment par des entreprises privées ou des États étrangers». Manon Aubry, qui a fait de la lutte contre la corruption au Parlement européen un des axes principaux de son mandat, s’appuie sur une étude de l’association anticorruption Transparency International de 2021.

«Je prends l’engagement, ainsi que tous les candidats de la liste de l’Union populaire que je conduis, de refuser toute rémunération annexe susceptible de créer un conflit d’intérêts avec la fonction de député européen», écrit la tête de liste de LFI qui avait déposé un amendement dans ce sens au Parlement européen. «Je vous demande donc de vous engager à votre tour à refuser ces rémunérations annexes pour témoigner de votre intégrité et montrer par l’exemple que l’Union européenne peut et doit mettre un terme à la culture de la corruption et de l’impunité», ajoute-t-elle, à destination des autres candidats aux européennes.

«1/4 des députés européens payés par des lobbys» ?

Sa proposition n’inclut pas les rémunérations qui proviennent des ventes de livres, «sauf si la maison d’édition est inscrite au registre des lobbys» précise la co-présidente du groupe de la gauche au Parlement européen. Sur son compte X, Manon Aubry affirme que «1/4 des députés européens sont payés par des lobbys, des entreprises ou des gouvernements en plus de leur indemnité d’élu», avec un graphique présentant plusieurs de ses adversaires politiques, dont la tête de liste des socialistes Raphaël Glucksmann, les accusant de «s’en mettre plein les poches».

Un message que le patron des socialistes Olivier Faure a qualifié de «fake news». «C’est la méthode de tous les ripoux comme Trump. Raphaël Glucksmann n’a jamais reçu d’argent des lobbys mais des droits d’auteur, comme nombre de LFI qui vendent des livres», a-t-il répondu sur X. «Retire ce truc qui te déshonore», a-t-il ajouté à l’adresse de Manon Aubry, avant de préciser: «Évidemment aucun de nos élus ne recevra de rémunération de lobby, sinon c’est la porte».

Selon leur code de conduite, les eurodéputés ont l’interdiction de s’engager «dans des activités de lobbying rémunérées qui sont en relation directe avec le processus décisionnel de l’Union». Le Parlement européen est ébranlé depuis décembre 2022 par l’enquête dite du «Qatargate» autour de soupçons de corruption d’élus impliquant le Qatar et le Maroc.