Les créanciers d’Atos s’unissent pour financer un plan de sauvetage du groupe

C’est à l’évidence une bonne nouvelle pour Atos, même si l’entreprise n’est pas encore sortie de l’ornière. Vendredi soir, alors qu'était attendu par la direction du groupe informatique français le dépôt des offres de reprise du groupe venant d'investisseurs tiers, une partie des créanciers bancaires et obligataires de l’entreprise ont trouvé un accord oral visant


Les créanciers d’Atos s’unissent pour financer un plan de sauvetage du groupe

C’est à l’évidence une bonne nouvelle pour Atos, même si l’entreprise n’est pas encore sortie de l’ornière. Vendredi soir, alors qu’était attendu par la direction du groupe informatique français le dépôt des offres de reprise du groupe venant d’investisseurs tiers, une partie des créanciers bancaires et obligataires de l’entreprise ont trouvé un accord oral visant à financer un plan de sauvetage et desserrer ainsi le cordon de 4,9 milliards d’euros de dette qui l’asphyxie. « Les détails ne sont pas signés, mais il n’y a plus de possibilité de jouer la division entre les uns et les autres. Ce n’est que le début, les conseils vont discuter donc il y a encore pas mal de boulot», estime un porteur de dette. Mais si tout le monde est raisonnable, le pire est peut-être passé pour Atos».

À défaut d’être un cas inédit, il est rare que ces deux types de créanciers s’entendent sur ce type de dossier sensible. « Les banquiers essayent d’écraser tout le monde dans ce type de cas», note la source citée…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *