La Thaïlande adopte le mariage gay, une première en Asie du Sud-Est

Des membres de la communauté LGBTQIA+ réagissent avant l’adoption du projet de loi sur l’égalité du mariage en deuxième et troisième lecture par le Sénat, qui fera de la Thaïlande le troisième territoire asiatique à légaliser les unions entre personnes de même sexe, à Bangkok, en Thaïlande, le 18 juin 2024. CHALINEE THIRASUPA / REUTERS La


Des membres de la communauté LGBTQIA+ réagissent avant l’adoption du projet de loi sur l’égalité du mariage en deuxième et troisième lecture par le Sénat, qui fera de la Thaïlande le troisième territoire asiatique à légaliser les unions entre personnes de même sexe, à Bangkok, en Thaïlande, le 18 juin 2024.

La loi autorisant le mariage pour tous en Thaïlande a franchi, mardi 18 juin, une dernière étape parlementaire, puisque le Sénat a adopté, sans surprise et à une écrasante majorité, cette législation pionnière en Asie du Sud-Est. Le projet de loi a passé sa lecture finale avec l’approbation de 130 des 152 membres du Sénat présents, pour 4 voix contre et 18 abstentions.

« Aujourd’hui, l’amour a gagné sur les préjugés », a réagi l’activiste Plaifah Kyoka Shodladd, qui a pris part aux travaux d’élaboration de la loi. Avant le vote, Tunyawaj Kamolwongwat, député du parti prodémocratie Move Forward, avait salué « une victoire pour le peuple », qui redonne le « sourire », dans une période de turbulences politiques.

Les sénateurs, nommés par l’armée, s’étaient réunis ce matin, dans la capitale Bangkok, pour examiner en deuxième et troisième lectures la légalisation de l’union civile entre personnes de même sexe. Militants et observateurs s’attendaient à un vote positif, tant le consensus est large autour de ce texte, en dépit des divisions profondes entre le camp prodémocratie et l’establishment militaro-royaliste.

Les valeurs de tolérance du royaume bouddhique

Des célébrations sont prévues plus tard dans la journée, au palais du gouvernement et dans le centre de Bangkok, où les centres commerciaux géants brandissent le drapeau arc-en-ciel depuis le début du mois de juin, celui des fiertés, en signe de soutien.

La communauté LGBTQIA + bénéficie de larges vitrines au royaume bouddhique, réputé pour ses valeurs de tolérance qui attirent des touristes gay de pays voisins conservateurs. Les députés avaient donné voté pour le mariage pour tous en mars dernier, à une large majorité.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Thaïlande, les députés approuvent le mariage pour tous

Le texte sera présenté au roi, Maha X, pour parution dans la gazette royale, synonyme de promulgation. La Thaïlande devient ainsi le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser le mariage pour tous, et le troisième du continent, après Taïwan et le Népal.

Les premières unions homosexuelles pourront être célébrées cent vingt jours après la promulgation de la loi, soit à l’automne. « Nous faisons ça pour tout le monde. Si la société accorde des droits à chacun, c’est alors une société où l’on peut vivre », a déclaré Adisorn Juntrasook, qui, en tant qu’expert, a pris part aux travaux d’élaboration de la loi, avant le vote.

Des termes non genrés : « individus » et « partenaires de mariage »

La nouvelle législation vise à modifier les références aux « hommes », aux « femmes », aux « maris » et aux « épouses », pour les remplacer par des termes non genrés, en l’occurrence « individus » et « partenaires de mariage ». Elle doit aussi conférer aux couples homosexuels les mêmes droits qu’aux couples hétérosexuels en matière d’adoption ou d’héritage.

Toutefois, les activistes déplorent l’absence de reconnaissance aux personnes transgenres ou non binaires, qui n’auront toujours pas le droit de faire modifier leur genre sur leurs papiers d’identité.

Le Monde Application

La Matinale du Monde
Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer
Télécharger l’application

L’arrivée au pouvoir, l’été dernier, de Srettha Thavisin, premier civil à occuper le poste de premier ministre depuis le coup d’Etat de 2014, a contribué à accélérer le processus législatif, habituellement tortueux en Thaïlande.

L’instabilité chronique de la vie politique thaïlandaise, entre coups d’Etat et grandes contestations populaires, a eu raison de précédentes tentatives de légalisation ces dernières années.

Aujourd’hui, le texte suscite l’adhésion de la coalition au pouvoir, jugée favorable aux intérêts de l’armée, et de l’opposition progressiste, incarnée par le parti Move Forward, dans un rare moment d’union à une période de tensions.

Srettha Thavisin et Move Forward font l’objet de procédures devant la Cour constitutionnelle, qui ont plongé le pays dans l’incertitude.

Depuis les Pays-Bas, premiers à célébrer des unions homosexuelles en 2001, plus d’une trentaine de pays ont légalisé le mariage pour tous dans le monde.

Le Monde avec AFP

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu