La ferme de Pan vous explique tout sur les bienfaits de la médiation animale

Animaux, Animations, Société Publié le 26/05/2024 à 12:29 Correspondant de l'Ariège l'essentiel L’intervenante en médiation animale au sein de la ferme de Pan à Arignac, Lauriane Sanchez, en charge de l’animation de séances à visée éducative et thérapeutique, revient sur cette pratique qui se développe de plus en plus. La ferme de Pan intervient avec


Publié le

l’essentiel
L’intervenante en médiation animale au sein de la ferme de Pan à Arignac, Lauriane Sanchez, en charge de l’animation de séances à visée éducative et thérapeutique, revient sur cette pratique qui se développe de plus en plus.

La ferme de Pan intervient avec l’association des 4 pattounes et Céline Gardel, capitaine de police, auprès de divers publics, notamment les plus jeunes afin de sensibiliser à la cause animale. Faire germer des petites graines pour que les plus jeunes comprennent le bien-être animal, tenter de mettre fin plus tard aux achats caprices et les aider à se rendre compte que comme nous, un animal à des besoins.

Le partenariat entre ces deux associations permet de le faire de façon originale et en étant en contact avec les animaux grâce à la médiation par l’animal. Lauriane Sanchez, l’intervenante en médiation animale, travaille en étroite collaboration avec le personnel soignant lors de séances à visée éducative, thérapeutique et pédagogique. Il s’agit d’une relation d’aide proposée à divers publics lors de séances qui se font à la ferme ou de façon mobile.

La ferme de Pan développe ainsi un des trois items de son projet, à savoir le volet social. La médiation pour surmonter ses peurs, travailler sur la confiance en soi, sa concentration, son autonomie, mieux s’exprimer, mais aussi accepter des consignes…

Ici, « les animaux permettent de libérer toute une gamme d’émotions, de rendre lisible ou de structurer différentes compétences. Ils sont aussi des partenaires d’éveil et une aide à l’accompagnement éducatif. Ils ne jugent pas, ils aident à dédramatiser et ils sont agents de liaisons pour nourrir la thérapeutique car leur présence muette est efficace et sécurisante. Ils sont une présence avec qui on peut créer du lien, un soutien affectif et émotionnel » comme le précise Lauriane Sanchez qui s’est formé auprès de l’institut Agatea.

Cette ferme a fait le choix de travailler avec des animaux issus pour la plupart de maltraitance, abandon ou saisie judiciaire. Lauriane et Benjamin Sanchez leur offrent ainsi une seconde vie dans des conditions en adéquation avec leur espèce.

« Dans l’atelier mener auprès du jeune public, la médiation est aussi un prétexte à l’ouverture du dialogue autour de notions importantes comme le respect, le consentement, les signaux d’apaisements des animaux, et même la prévention de morsures par exemple, pour aider à décrypter le comportement animal et être conscient de ses besoins », précise Benjamin.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à contacter la ferme de P.A.N via leur site internet www.fermedepan.fr


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


Voir les commentaires

,

Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?