Intrusions à Flamanville: des amendes pour les militants et pour Greenpeace

Sept militants qui s'étaient introduits sur le site de l'EPR à Flamanville en mars 2022 ont été condamnés à des amendes. L'ONG Greenpeace qui avait organisé cette intrusion devra verser 80 000 euros. Le tribunal de Cherbourg a condamné mardi sept militants de Greenpeace à des amendes pour s'être introduits en 2022 sur le site


Sept militants qui s’étaient introduits sur le site de l’EPR à Flamanville en mars 2022 ont été condamnés à des amendes. L’ONG Greenpeace qui avait organisé cette intrusion devra verser 80 000 euros.

Le tribunal de Cherbourg a condamné mardi sept militants de Greenpeace à des amendes pour s’être introduits en 2022 sur le site de l’EPR à Flamanville (Manche) à l’appel de l’ONG, également sanctionnée et qui devra verser au total plus de 80.000 euros.

Le 31 mars 2022, huit militants, porteurs de combinaisons blanches siglées « Greenpeace », avaient bloqué pendant plus de sept heures l’une des entrées de la centrale de Flamanville (Manche) du côté du chantier du réacteur nucléaire EPR. Sept autres s’étaient introduits sur le site à l’aube en sautant le grillage avec une échelle et brandissant des banderoles dénonçant l’énergie nucléaire et « Nucléaire : Macron irresponsable ».

EPR de Flamanville : enfin la fin du feuilleton – 08/05
EPR de Flamanville : enfin la fin du feuilleton – 08/05

4:41

Les quinze militants de Greenpeace France, dont son directeur général Jean-François Julliard poursuivi à la fois en tant qu’intrus et que responsable légal, avaient été jugés le 9 avril devant le tribunal de Cherbourg.

EDF réclamait près d’un million d’euros

Le procureur de la République de Cherbourg, Pierre-Yves Marot, avait requis 30.000 euros d’amende à l’encontre de la personne morale de Greenpeace France. Il avait aussi demandé 800 euros d’amende contre chacun des sept intrus et 500 euros contre chaque bloqueur.

Le tribunal, qui avait mis son jugement en délibéré, a bien condamné les sept responsables de l’intrusion sur le site de l’EPR à des amendes allant de 500 à 800 euros, mais il a relaxé les huit militants poursuivis pour blocage. Greenpeace a de son côté été condamné pour « incitation à s’introduire sans autorisation », commise en récidive, avec à la clef une amende de 20.000 euros. L’organisation de défense de l’environnement devra en outre verser à EDF 1.329 euros pour le préjudice matériel et 50.000 euros pour le préjudice moral, ainsi que 10.000 euros au titre des frais de justice.

L’opérateur réclamait près d’un million d’euros pour les préjudices et les heures de travail perdues à cause de cette action. L’avocate de Greenpeace, Marie Dosé, s’est félicité que « les prétentions financières d’EDF aient été balayées » par le tribunal, relevant auprès de l’AFP qu’EDF obtenait moins de 10% du préjudice réclamé.

ML avec AFP

,

Sept militants qui s’étaient introduits sur le site de l’EPR à Flamanville en mars 2022 ont été condamnés à des amendes. L’ONG Greenpeace qui avait organisé cette intrusion devra verser 80 000 euros.

Le tribunal de Cherbourg a condamné mardi sept militants de Greenpeace à des amendes pour s’être introduits en 2022 sur le site de l’EPR à Flamanville (Manche) à l’appel de l’ONG, également sanctionnée et qui devra verser au total plus de 80.000 euros.

Le 31 mars 2022, huit militants, porteurs de combinaisons blanches siglées « Greenpeace », avaient bloqué pendant plus de sept heures l’une des entrées de la centrale de Flamanville (Manche) du côté du chantier du réacteur nucléaire EPR. Sept autres s’étaient introduits sur le site à l’aube en sautant le grillage avec une échelle et brandissant des banderoles dénonçant l’énergie nucléaire et « Nucléaire : Macron irresponsable ».

EPR de Flamanville : enfin la fin du feuilleton – 08/05
EPR de Flamanville : enfin la fin du feuilleton – 08/05

4:41

Les quinze militants de Greenpeace France, dont son directeur général Jean-François Julliard poursuivi à la fois en tant qu’intrus et que responsable légal, avaient été jugés le 9 avril devant le tribunal de Cherbourg.

EDF réclamait près d’un million d’euros

Le procureur de la République de Cherbourg, Pierre-Yves Marot, avait requis 30.000 euros d’amende à l’encontre de la personne morale de Greenpeace France. Il avait aussi demandé 800 euros d’amende contre chacun des sept intrus et 500 euros contre chaque bloqueur.

Le tribunal, qui avait mis son jugement en délibéré, a bien condamné les sept responsables de l’intrusion sur le site de l’EPR à des amendes allant de 500 à 800 euros, mais il a relaxé les huit militants poursuivis pour blocage. Greenpeace a de son côté été condamné pour « incitation à s’introduire sans autorisation », commise en récidive, avec à la clef une amende de 20.000 euros. L’organisation de défense de l’environnement devra en outre verser à EDF 1.329 euros pour le préjudice matériel et 50.000 euros pour le préjudice moral, ainsi que 10.000 euros au titre des frais de justice.

L’opérateur réclamait près d’un million d’euros pour les préjudices et les heures de travail perdues à cause de cette action. L’avocate de Greenpeace, Marie Dosé, s’est félicité que « les prétentions financières d’EDF aient été balayées » par le tribunal, relevant auprès de l’AFP qu’EDF obtenait moins de 10% du préjudice réclamé.

ML avec AFP

,