INFO LA DÉPÊCHE. Soupçons de trafic d’influence à Gaillac-Graulhet : Paul Salvador et les frères Laclau vont être placés en garde à vue

Justice, Faits divers, Politique Publié le 22/05/2024 à 11:26 Richard Bornia l'essentiel Soupçonnés de prise illégale d’intérêts et de trafic d’influence, le président de l’agglomération Gaillac-Graulhet et les dirigeants du groupe de BTP Laclau vont être entendus ce mercredi 29 mai sous le régime de la garde à vue. Leur convocation judiciaire permet d’en savoir un


Publié le
Richard Bornia

l’essentiel
Soupçonnés de prise illégale d’intérêts et de trafic d’influence, le président de l’agglomération Gaillac-Graulhet et les dirigeants du groupe de BTP Laclau vont être entendus ce mercredi 29 mai sous le régime de la garde à vue. Leur convocation judiciaire permet d’en savoir un peu plus sur les contours de l’enquête.

L’information judiciaire ouverte le 20 novembre s’accélère. Paul Salvador président de l’agglomération Gaillac-Graulhet, ainsi que les entrepreneurs, Sylvain et Jean-Marc Laclau sont convoqués le mercredi 29 mai, à 8 h 30 par les gendarmes en vue d’une audition sous le régime de la garde à vue.

C’est la première fois qu’ils auront la possibilité de s’expliquer sur les soupçons de malversations qui les visent et qui concernent notamment la vente de deux parcelles, propriété de la collectivité à la société Matériaux Enrobés du Pastel (MEP), filiale du groupe Laclau.

A lire aussi :
Visé par une enquête pénale, Paul Salvador contre-attaque

Ces convocations ont été adressées sur commission rogatoire de la juge d’instruction d’Albi, Blandine Arrial. Les auditions seront réalisées par les gendarmes de la section de recherches de Toulouse, spécialisés dans les délits financiers.

Associé à Sylvain Laclau

La lecture des convocations permet d’en savoir un peu plus sur les contours de l’enquête qui porte sur des soupçons de « trafic d’influence actif » (le fait de proposer ou fournir un avantage à un élu pour qu’il abuse de son influence au sein d’une administration) de « trafic d’influence passif » (la sollicitation ou l’acceptation d’un avantage par un élu), de « prise illégale d’intérêt par un élu dans une affaire dont il assure l’administration ou la surveillance ». Il est également question d’ « atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics » et de « déclaration incomplète ou mensongère de sa situation patrimoniale à la haute autorité de transparence de la vie publique ».

Ce dernier point fait référence à la déclaration de patrimoine de Paul Salvador remplie après sa réélection en 2020, comme la loi l’y oblige. Ce document omettait de mentionner ses participations financières dans Grésigne Résidences et Grésigne Bien Être, deux sociétés qui gèrent la résidence touristique du Domaine de la Durantie, où il est associé à plusieurs entrepreneurs, dont Sylvain Laclau.

Cette relation d’affaires entre les deux hommes interdisait à Paul Salvador d’interférer dans la cession des deux parcelles, destinées à accueillir la future centrale à enrobés de Montans. Une règle à laquelle il a dérogé au moins une fois, en votant pour cette vente, le 20 juin 2022. Erreur corrigée par le vote d’une « délibération rectificative » en mai 2023… à laquelle il n’a cette fois pas participé.

A lire aussi :
Centrale d’enrobage à chaud de Montans : les opposants prêts à saisir la justice administrative

« Les enquêteurs convoquent sur un large spectre pour pouvoir pousser leurs interrogatoires sur ces différents points », décrypte un avocat. Ils vont notamment tenter d’établir si des échanges de faveur ont été négociés en échange de cette transaction et les éventuelles responsabilités de chacun. Selon nos informations, plusieurs vice-présidents de l’Agglomération ont également été entendus ces dernières semaines en audition libre.

Ils peuvent être assistés d’un avocat

Rappelons que les gendarmes de la section de recherche de Toulouse ont mené une perquisition au siège de l’Agglo à Técou fin novembre 2023, où des ordinateurs avaient été saisis. Des descentes de gendarmerie avaient également eu lieu au domicile de Paul Salvador, ainsi qu’à Brens dans les locaux du groupe SGTP Laclau, où ils se sont fait remettre un certain nombre de contrats.

En début d’année, la directrice générale des services de l’intercommunalité avait saisi la justice, dans le cadre de l’article 40 du Code de procédure pénale obligeant tout fonctionnaire ou agent public « qui acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit » dans l’exercice de ses fonctions à en informer « sans délai », le procureur et à lui transmettre tous les renseignements.

A lire aussi :
« Des manières gesticulatoires ». Minée par les polémiques, l’agglo Gaillac-Graulhet veut retrouver sa « fierté »

À ce jour, il n’y a eu aucune mise en examen dans cette information judiciaire ouverte contre X. La convocation précise que les infractions visées « relèvent de délit pouvant entraîner l’emprisonnement » et que les personnes auditionnées « peuvent être assistées par un avocat ».

,