INFO LA DEPECHE. Insulté par des gens du voyage, roué de coups, il s’affaisse au sol et c’est le grand trou noir ! Son état est jugé sérieux

Faits divers, Vayrac, Lot Publié le 10/06/2024 à 16:45 , mis à jour le 11/06/2024 à 07:44 Jean-Luc Garcia l'essentiel Une agression d’une rare violence a failli coûter la vie à un habitant de Vayrac volant au secours d’un couple d’amis, samedi. Ces derniers auraient été insultés et caillassés par des gens du voyage. Injurié


INFO LA DEPECHE. Insulté par des gens du voyage, roué de coups, il s’affaisse au sol et c’est le grand trou noir ! Son état est jugé sérieux
Publié le
, mis à jour

l’essentiel
Une agression d’une rare violence a failli coûter la vie à un habitant de Vayrac volant au secours d’un couple d’amis, samedi. Ces derniers auraient été insultés et caillassés par des gens du voyage. Injurié à son tour, le Vayracois a sorti un bâton de sa voiture. Il a été roué de coups. Un autre homme a été blessé. Qui a frappé le premier, qui a riposté ? L’enquête doit le déterminer. En attendant, l’état du riverain frappé est toujours jugé sérieux. Détails.

L’enquête n’est, à l’évidence, pas facile à mener dans ce dossier délicat où des gens du voyage installés toute l’année à Vayrac ont asséné de violents coups de bâtons ou de barres de fer à un habitant de l’impasse de La Rauzière dans la nuit de vendredi à samedi.

Les gendarmes du Lot confirment la réalité de cette altercation suivie d’une escalade de violence au point de laisser au sol cet habitant, inconscient, seul contre un petit groupe d’hommes en colère. Ceux-ci semblent s’être acharnés sur lui. Reste à déterminer avec précision la nature des moyens utilisés pour porter les coups. L’identification des auteurs de ces faits et les responsabilités de chacun doivent être également clairement établies.

L’impasse La Rauzière où vit le couple, non loin du camp.
L’impasse La Rauzière où vit le couple, non loin du camp.
Photo DDM

Pas facile, en effet, car les langues ne se délient guère comme les enquêteurs le souhaiteraient dans cette communauté où le mutisme est souvent la règle d’or en pareille circonstance. La loi du silence, que l’on peut comprendre pour les nécessités de l’enquête, prédomine également chez les gendarmes qui poursuivent leurs investigations en se refusant, pour l’instant, à tout commentaire.

Un traumatisme crânien, des hématomes et des contusions

Un instant considéré « entre la vie et la mort », le Vayracois actuellement hospitalisé à Saint-Céré qui, comme le souligne sa compagne, « souffre d’un traumatisme crânien et de plusieurs hématomes puis de contusions des pieds à la tête », demeure toujours dans un état jugé sérieux. « Il est cependant conscient et parvient à s’exprimer » précise une source proche de ce dossier. Une affaire pour laquelle l’épouse de la victime livre son témoignage aujourd’hui.

Elle évoque tout d’abord « une soirée entre amis », vendredi, à son domicile. « Notre maison se situe au bout d’un chemin à travers champs nous obligeant à passer devant l’aire des gens du voyage. C’est assez pénible. Ces personnes sont souvent sur notre passage, ils font des barbecues et jouent à la pétanque. C’est très difficile et parfois risqué de les déranger. »

« Caillassés en passant devant le camp des voyageurs »

Selon cette femme encore sous le choc, plusieurs échanges verbaux ont lieu régulièrement entre sa famille et les agresseurs présumés de son compagnon pour des tensions et des différends jamais condamnés par la justice, mais qui n’ont fait qu’envenimer le climat dans ce secteur de la commune.

L’enquête se poursuit dans le camp qui se montre très discret.
L’enquête se poursuit dans le camp qui se montre très discret.
Photo DDM

« À leur départ de notre soirée, nos amis ont été insultés, menacés et caillassés en passant devant le camp des voyageurs. Ils ont filmé cet épisode et nous ont envoyé la vidéo. Mon compagnon a alors décidé de se rendre sur place. Il était très en colère et a fracassé des boîtes à lettres du camp à l’aide d’un bâton après avoir été lui aussi insulté. Il a lancé avec force et agacement : « Mais qu’est-ce que vous avez contre nous ? ».

Des faits confirmés et des zones d’ombre

En guise de réponse, cet homme a été frappé sur tout le corps. « Et ce fut le grand trou noir ! » s’exclame sa compagne. Rapidement sur place les médecins du Samu ont porté les premiers secours à la victime avant de la transporter à l’hôpital.

Aujourd’hui, cet habitant s’exprime avec difficulté. Le corps médical et sa compagne craignent que des séquelles de l’agression perturbent son quotidien. C’est pour cela que son état reste préoccupant. Autres préoccupations et questions, judiciaires, celles-ci : qui a porté le premier coup et qui sont les auteurs des faits ? Des faits avérés certes, mais avec de nombreuses zones d’ombre à éclaircir.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


,


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *