Guerre en Ukraine : plage, fête, football… des marins russes font le tour du monde pendant que d’autres meurent au combat

Russie, Guerre en Ukraine, International Publié le 01/05/2024 à 17:56 , mis à jour à 19:22 Cy.B. l'essentiel Les navires russes "Varyag" et "Shaposhnikov" parcourent les mers du globe depuis plusieurs mois. À leur bord, les marins participent à des opérations militaires mais font aussi la fête, pendant que d’autres soldats russes sont tués en


Guerre en Ukraine : plage, fête, football… des marins russes font le tour du monde pendant que d’autres meurent au combat
Publié le
, mis à jour

Cy.B.

l’essentiel
Les navires russes « Varyag » et « Shaposhnikov » parcourent les mers du globe depuis plusieurs mois. À leur bord, les marins participent à des opérations militaires mais font aussi la fête, pendant que d’autres soldats russes sont tués en Ukraine.

Alors que des soldats russes combattent au quotidien en Ukraine – plus de 50 000 militaires seraient morts depuis février 2022 – d’autres soldats russes ont un quotidien tranquille, paisible, loin des bombes. Ils ont embarqué à bord du croiseur lance-missiles Varyag et de la frégate Marshal Shaposhnikov qui ont quitté le port de Vladivostok, en janvier 2024, pour voguer sur les mers du monde entier.

A lire aussi :
REPLAY. Guerre en Ukraine : la Russie expose des blindés et des restes de drones, ses « trophées » de guerre au beau milieu d’un parc à Moscou

L’objectif de ces missions : instituer une coopération navale. Fin janvier, la frégate mène un exercice anti sous-marin en mer de Chine méridionale, rapporte Radio Free Asia. Il consiste à rechercher un sous-marin ennemi, assisté d’un hélicoptère Ka-27, et de lui tirer des torpilles et des charges sous-marines.

Les destroyers arrivent ensuite en Inde pour participer à l’exercice naval multilatéral MILAN-2024, le plus grand exercice naval jamais organisé par la marine indienne. Au menu des opérations : des exercices avancés de défense aérienne, des tirs sur des cibles aériennes et de surface et des manœuvres, explique le média indien The Economic Times. Mais aussi des événements protocolaires, culturels et sportifs, indique le ministère russe de la Défense cité par l’agence de presse russe Tass. Pendant que des soldats russes meurent en masse dans les assauts sur Avdiivka, leurs collègues voient des spectacles ou se détendent sur la plage en Asie.

Un "voyage de bien-être" organisé par l’armée indienne dans le cadre de Milan 2024.
Un « voyage de bien-être » organisé par l’armée indienne dans le cadre de Milan 2024.
Photo Indian Navy

Visites touristiques et détente

Début mars, le Varyag fait route vers Colombo, la capitale du Sri Lanka. Une « visite diplomatique », selon Asian Mirror. Pourtant les 529 membres d’équipage participent à plusieurs programmes organisés par leurs homologues sri-lankais et « visitent des attractions touristiques du pays », détaille le site de la Marine du Sri Lanka.

Des marins russes à Colombo au Sri Lanka, début mars.
Des marins russes à Colombo au Sri Lanka, début mars.
Photo Sri Lanka navy

Cap ensuite sur le Qatar, pour participer au salon international de défense maritime de Doha, Dimdex 2024. Puis les destroyers poursuivent leur tour du monde : le Shaposhnikov arrive à Massawa en Erythrée fin mars, puis va à Port Safaga, sur la Mer Rouge, en Égypte. Là encore, le personnel fait du tourisme en visitant les villes de Louxor et Dandérah, et participe à différents programmes culturels et sportifs comme un match de football, précise le Consulat général de Russie.

A lire aussi :
Guerre en Ukraine : en pleine chute démographique, comment le pays veut augmenter sa population dans les prochaines années

Après avoir franchi le canal de Suez, le Shaposhnikov fait son entrée en Méditerranée le 13 avril. De son côté, le Varyag fait escale à Tartous en Syrie et rejoint la Méditerranée. Les deux bâtiments doivent prochainement mettre le cap sur l’Amérique latine pour rendre visite à des « pays amis », précise l’agence de presse russe Tass.

Pas de contrat signé

Quel bilan tirer des escales à répétition des destroyers russes ? « Malgré la participation à un important salon d’armement, la Russie n’a pas signé de contrat engageant avec les pays visités », fait remarquer Xavier Tytelman, consultant aéro-défense et rédacteur en chef digital du magazine Air et Cosmos, sur son compte X. Comme l’explique Radio Free Asia, la Russie cherche à renforcer sa présence dans la région Asie-Pacifique et à nouer des relations plus étroites avec la Chine, depuis l’invasion de l’Ukraine en février 2022.

Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
Sijauraisujauraipasvenu.
Il y a 13 minutes
Le 01/05/2024 à 23:00

Chez les ukrainiens c’est exactement la même chose..

Angora36
Il y a 2 heures
Le 01/05/2024 à 20:40

Les nombreux soldats russes abonnés à la Dépêche vont vraiment l’avoir mauvaise à la lecture de cet article lors des veillées d’armes sur le front Ukrainien.

CecildeMille
Il y a 3 heures
Le 01/05/2024 à 20:09

Manifestement, comme vous le mettez en évidence, les Russes n’éprouvent pas le besoin de mobiliser toutes leurs forces pour mener la guerre en Ukraine.


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *