Grève SNCF pour les primes JO: la circulation des RER et Transiliens très perturbée, les Franciliens s’adaptent

Le trafic des RER, Transiliens et trams sont très perturbés ce mardi en lien avec une grève des agents SNCF, qui demande une augmentation de leur prime JO. Face aux difficultés, les Franciliens prennent leur mal en patience. Journée de galère dans les transports en commun en banlieue parisienne ce mardi 21 mai. Les trafics


Le trafic des RER, Transiliens et trams sont très perturbés ce mardi en lien avec une grève des agents SNCF, qui demande une augmentation de leur prime JO. Face aux difficultés, les Franciliens prennent leur mal en patience.

Journée de galère dans les transports en commun en banlieue parisienne ce mardi 21 mai. Les trafics des RER, Transiliens et de plusieurs lignes de trams sont perturbés dans le cadre d’une grève des agents SNCF, qui réclament une augmentation de la prime qui doit leur être versé dans le cadre de l’augmentation de l’activité pendant les Jeux olympiques.

Sur la ligne du RER C, ce mardi matin, on ne compte que deux trains par heure et certaines gares ne sont pas desservies, ce qui a obligé certains voyageurs à transiter vers une gare différente de celle qu’ils peuvent utiliser habituellement.

Un RER C toutes les demi-heures

« En fait, je prends à 8 heures à Orly et j’ai appris qu’il n’y avait pas de train de toute la journée, du coup j’ai vu qu’il y avait celui à Villeneuve-le-Roi et je suis venu voir s’il y en avait. Dans le pire des cas, j’aurais dû prendre des métros et des tramways », explique une usagère rencontrée.

« J’ai regardé un peu les trains qui passaient aujourd’hui et j’ai vu qu’il n’y en avait pas au Saules aujourd’hui, donc je suis venu là et il y en a un toutes les demi-heures qui doit passer. Normalement! », espère une autre femme.

« Je ne vais pas arriver en retard, j’ai prévu à l’avance pour le prendre assez tôt », assure-t-elle.

Dans le détail du trafic, il faut compter deux trains sur cinq sur le RER C en heure de pointe (de 6h30 à 9h30 et de 16h à 20h), avec un train toutes le 30 minutes en direction de Paris comme de Juvisy.

« Ça va être extrêmement compliqué sur plein de lignes »

En ce qui concerne les Transiliens, le collectif « Plus de trains » conseille ce mardi aux usagers de se positionner en queue de train pour monter plus facilement ou tout simplement pouvoir accéder à la rame, car « pour sortir plus vite des gares parisiennes, beaucoup d’usagers se mettent en tête de train ».

Invité de BFM Paris, le président du collectif Arnaud Bertrand prévoit par ailleurs que « ça va être extrêmement compliqué sur plein de lignes d’Île-de-France » citant notamment les RER C et D.

« C’est un peu dommage que les habitants de banlieue en soient victimes », a-t-il encore regretté.

La présidente de la région Île-de-France et de la régie de transports régionale Île-de-France Mobilités Valérie Pécresse a dénoncé ce mardi matin sur le réseau social X (anciennement Twitter) une « grève indéfendable à la SNCF alors que les négociations (…) sont en cours » et appelé à mettre fin à la « surenchère ».

« Si ces primes JOP sont légitimes, le chantage à la grève lui ne l’est pas, surtout dans un grand service public qui devrait avoir les usagers au cœr », a-t-elle estimé.

Clémence Renard, Glenn Gillet

,

Le trafic des RER, Transiliens et trams sont très perturbés ce mardi en lien avec une grève des agents SNCF, qui demande une augmentation de leur prime JO. Face aux difficultés, les Franciliens prennent leur mal en patience.

Journée de galère dans les transports en commun en banlieue parisienne ce mardi 21 mai. Les trafics des RER, Transiliens et de plusieurs lignes de trams sont perturbés dans le cadre d’une grève des agents SNCF, qui réclament une augmentation de la prime qui doit leur être versé dans le cadre de l’augmentation de l’activité pendant les Jeux olympiques.

Sur la ligne du RER C, ce mardi matin, on ne compte que deux trains par heure et certaines gares ne sont pas desservies, ce qui a obligé certains voyageurs à transiter vers une gare différente de celle qu’ils peuvent utiliser habituellement.

Un RER C toutes les demi-heures

« En fait, je prends à 8 heures à Orly et j’ai appris qu’il n’y avait pas de train de toute la journée, du coup j’ai vu qu’il y avait celui à Villeneuve-le-Roi et je suis venu voir s’il y en avait. Dans le pire des cas, j’aurais dû prendre des métros et des tramways », explique une usagère rencontrée.

« J’ai regardé un peu les trains qui passaient aujourd’hui et j’ai vu qu’il n’y en avait pas au Saules aujourd’hui, donc je suis venu là et il y en a un toutes les demi-heures qui doit passer. Normalement! », espère une autre femme.

« Je ne vais pas arriver en retard, j’ai prévu à l’avance pour le prendre assez tôt », assure-t-elle.

Dans le détail du trafic, il faut compter deux trains sur cinq sur le RER C en heure de pointe (de 6h30 à 9h30 et de 16h à 20h), avec un train toutes le 30 minutes en direction de Paris comme de Juvisy.

« Ça va être extrêmement compliqué sur plein de lignes »

En ce qui concerne les Transiliens, le collectif « Plus de trains » conseille ce mardi aux usagers de se positionner en queue de train pour monter plus facilement ou tout simplement pouvoir accéder à la rame, car « pour sortir plus vite des gares parisiennes, beaucoup d’usagers se mettent en tête de train ».

Invité de BFM Paris, le président du collectif Arnaud Bertrand prévoit par ailleurs que « ça va être extrêmement compliqué sur plein de lignes d’Île-de-France » citant notamment les RER C et D.

« C’est un peu dommage que les habitants de banlieue en soient victimes », a-t-il encore regretté.

La présidente de la région Île-de-France et de la régie de transports régionale Île-de-France Mobilités Valérie Pécresse a dénoncé ce mardi matin sur le réseau social X (anciennement Twitter) une « grève indéfendable à la SNCF alors que les négociations (…) sont en cours » et appelé à mettre fin à la « surenchère ».

« Si ces primes JOP sont légitimes, le chantage à la grève lui ne l’est pas, surtout dans un grand service public qui devrait avoir les usagers au cœr », a-t-elle estimé.

Clémence Renard, Glenn Gillet

,