En direct, guerre Israël-Hamas : à Rafah, près de 450 000 personnes ont été déplacées depuis le 6 mai, selon l’ONU

Consulterle journal Navigation Retour à la page d’accueil du Monde Se connecter Se connecter S’abonner nav_close_menu À la une Retour à la page d’accueil du Monde En continu Actualités En ce moment Guerre en Ukraine Guerre Israël-Hamas Élections européennes 2024 Festival de Cannes 2024 Projet Overdose Climat Jeux olympiques de Paris 2024 Géorgie Élection présidentielle



En direct, guerre Israël-Hamas : à Rafah, près de 450 000 personnes ont été déplacées depuis le 6 mai, selon l’ONU

Des enfants observent la fumée au-dessus de Rafah (sud de la bande de Gaza), après des frappes israéliennes, le 13 mai 2024.
Live en cours

En direct, guerre Israël-Hamas : à Rafah, près de 450 000 personnes ont été déplacées depuis le 6 mai, selon l’ONU

L’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a affirmé que « près de 450 000 » personnes se trouvant à Rafah avaient été déplacées depuis qu’Israël a ordonné l’évacuation d’une partie de cette localité. Ces déplacés « sont épuisés, affamés, et constamment apeurés », écrit l’UNRWA.

Réagissez

21:00 L’essentiel

Le point sur la situation lundi à 21 heures

  • Un membre des services de sécurité de l’ONU a été tué lundi par une attaque contre son véhicule à Gaza, a annoncé un porte-parole, précisant qu’il s’agissait du premier employé étranger des Nations unies tué dans le territoire palestinien depuis le 7 octobre.
  • L’armée de l’air israélienne a bombardé plus de 120 « cibles terroristes » dans trois secteurs de la bande de Gaza au cours de la journée écoulée, a rapporté, lundi, l’état-major. Des opérations sont, selon ce dernier, toujours en cours dans l’est de Rafah, à l’extrémité sud de l’enclave, et du côté gazaoui du point de passage vers l’Egypte, ainsi que dans le camp de réfugiés de Jabalya, dans le Nord, où des témoins avaient auparavant fait état d’une intensification des attaques israéliennes.
  • Selon des témoins, les hélicoptères et l’artillerie sont intervenus dans les combats à Rafah, où Israël menace de lancer une offensive terrestre d’ampleur pour détruire selon lui les derniers bataillons du Hamas.
  • Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken a réaffirmé dimanche l’opposition des Etats-Unis à une opération terrestre majeure à Rafah, au cours d’un entretien téléphonique avec le ministre de la défense israélien, Yoav Gallant, a rapporté le département d’Etat.
  • Le ministère de la santé de la bande de Gaza, administré par le Hamas, a fait état lundi de 35 091 morts dans l’enclave depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, le 7 octobre.
  • Le ministère a par ailleurs averti lundi que le système de soins du territoire palestinien était « à quelques heures de l’effondrement (…) en l’absence du carburant nécessaire pour faire fonctionner les générateurs des hôpitaux, les ambulances et les moyens de transport du personnel ».
  • « Plus de 1 000 membres du Hamas » sont actuellement hospitalisés en Turquie, a annoncé lundi le président turc Recep Tayyip Erdogan, réaffirmant qu’il « ne considère pas le Hamas comme une organisation terroriste ».

Tout le live

13:12

La Cour internationale de justice annonce la tenue d’audiences jeudi et vendredi sur l’offensive israélienne à Rafah

Jeudi et vendredi devraient avoir lieu des audiences à la Cour internationale de justice (CIJ) sur l’offensive israélienne à Rafah, a annoncé la juridiction, à la demande de l’Afrique du Sud, qui l’avait saisie pour demander à l’Etat hébreu le retrait de ses troupes de Rafah.

La plus haute juridiction de l’Organisation des Nations unies entendra jeudi les avocats de l’Afrique du Sud, et la réponse d’Israël vendredi, a-t-elle précisé dans un communiqué.

12:49 Sur le terrain

Témoignage de Hussam, 30 ans, originaire de Rafah : « C’était la septième fois que nous étions déplacés »

Ce témoignage a été recueilli par Ghazal Golshiri, journaliste au service International du Monde.

Hussam, ancien travailleur humanitaire à Gaza, âgé de 30 ans, vit depuis quelques jours à Khan Younès. Lui et sa famille se sont déplacés sept fois depuis le début de la guerre, suivant les ordres d’évacuation donnés par l’armée israélienne :

« J’ai déménagé avec ma famille de Rafah à Khan Younès [plus au nord] il y a une semaine. C’était la septième fois que nous étions déplacés. Le coût du déplacement pour ma famille de douze personnes est d’environ 1 000 dollars [930 euros]. Nous vivons dans une tente.

Nos conditions de vie sont terribles ; nous dépendons d’aliments en conserve qui contiennent des conservateurs [chimiques], ce qui provoque des problèmes gastro-intestinaux chez tout le monde. Nous souffrons de maladies dues à la mauvaise qualité de l’eau et de la nourriture. Il n’y a qu’un seul sanitaire pour nous. Certains de mes proches ont été tués, certains ont fui et d’autres sont coincés dans d’autres parties de Gaza, ce qui rend la communication difficile en raison du manque de réseau. Nous voilà, parmi les tentes, en attente de la nouvelle du cessez-le-feu et du retour à ce qui est resté de notre maison. » 

12:38

L’armée israélienne affirme que le véhicule onusien touché à Rafah était en « zone de combats »

L’armée israélienne a affirmé que le véhicule de l’ONU touché par des tirs qui ont entraîné la mort d’un employé, lundi à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, était dans une « zone de combats en cours », selon un communiqué envoyé à l’Agence France-Presse mardi.

Selon l’ONU, un membre du service de sécurité de l’ONU (UNDSS) a été tué lundi par des tirs, dont l’origine n’a pas été précisée, contre un véhicule onusien. Il s’agit de la première mort d’un employé international de l’ONU dans le territoire palestinien depuis le début de la guerre.

Un autre membre de l’UNDSS a été blessé par ces tirs, a précisé le porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ajoutant que le véhicule avait été touché alors que ces deux personnes se rendaient à l’hôpital européen de Rafah.

12:29

Enquête de la police israélienne après le saccage de camions d’aide humanitaire

La police israélienne a ouvert une enquête après que des activistes ont bloqué et vandalisé au moins sept camions d’aide humanitaire destinés à la bande de Gaza, selon un communiqué reçu mardi. A la suite d’un « trouble à l’ordre public » lundi, « les forces de l’ordre ont ouvert une enquête qui a abouti à l’arrestation de plusieurs suspects », précise le porte-parole de la police israélienne dans le communiqué.

Des dizaines de militants non identifiés, parmi lesquels de nombreux adolescents et des jeunes hommes, ont dévalisé les camions. Des sacs de céréales, de riz, de farine, des paquets de biscuits ou de soupes lyophilisées ont été vidés ou jetés au sol et piétinés. Les camions ont été bloqués en Israël, peu après le point de passage de Tarqumyia (ðŸ“) avec le Cisjordanie occupée, et près du village israélien de Shekef non loin.

Des médias israéliens affirment que les militants sont membres de Tsav 9, un collectif qui a déjà bloqué à plusieurs reprises des camions d’aide humanitaire vers la bande de Gaza.

« Nous avons des otages à Gaza, et aucune aide humanitaire ne devrait être acheminée avant que nos otages ne soient rentrés chez eux sains et saufs », a déclaré une des militantes, Hana Giat, à propos des otages enlevés le 7 octobre 2023 par le Hamas lors de son attaque sanglante en Israël.

Mme Giat a expliqué que ces convois n’avaient « aucun sens », particulièrement « en ce jour du Souvenir d’Israël, durant lequel nous nous souvenons des soldats qui ont sacrifié leur vie pour préserver la sécurité d’Israël », en référence aux commémorations annuelles, lundi, de Yom Hazikaron. Elle a ajouté, sans preuve, que l’aide humanitaire allait aux « mains du Hamas ».

11:55

A Rafah, près de 450 000 Gazaouis ont été déplacés depuis le 6 mai, selon l’ONU

L’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a affirmé mardi que « près de 450 000 » personnes se trouvant à Rafah avaient été déplacées depuis qu’Israël a ordonné, le 6 mai, l’évacuation d’une partie de cette localité du sud de la bande de Gaza.

Ces déplacés « sont épuisés, affamés, et constamment apeurés », écrit l’UNRWA sur le réseau social X, sans préciser où ils se sont rendus, ailleurs dans Rafah ou hors de la ville, qui accueille, selon l’ONU, 1,4 million de personnes.

09:52

Pour le Qatar, l’opération militaire d’Israël à Rafah a « fait reculer » les négociations avec le Hamas

« Malheureusement, les choses n’ont pas évolué dans la bonne direction, et en ce moment, nous sommes presque dans une impasse. Bien sûr, ce qui s’est passé à Rafah nous a fait reculer », a déclaré le premier ministre qatari, Mohammed Ben Abderrahmane Al Thani, lors du Forum économique du Qatar.

06:42

Huit morts dans un bombardement sur le camp de Nousseirat, selon la défense civile palestinienne

Dans les premières heures de la journée de mardi, des témoins et des correspondants de l’Agence France-Presse ont fait état de frappes aériennes de l’armée israélienne dans différents secteurs de Gaza. La défense civile palestinienne a dénombré au moins huit morts dans le bombardement d’un immeuble du camp de Nousseirat, au centre de l’enclave.

Des frappes ont aussi visé le secteur de Rafah (Sud), où près de 1,4 million de Palestiniens s’entassent. Si la grande majorité de cette population avait trouvé refuge à Rafah pour tenter d’échapper aux frappes et aux combats des derniers mois, une partie fuit désormais cette ville adossée à la frontière fermée de l’Egypte.

Des combats font rage depuis plusieurs jours à Jabaliya et dans la ville de Gaza (Nord), où Israël a affirmé que le Hamas « tentait de reconstituer ses capacités militaires ». Là aussi, des ordres d’évacuation de l’armée ont poussé les Palestiniens à fuir, alors que l’Organisation des Nations unies affirme qu’« aucun endroit n’est sûr dans la bande de Gaza ».

21:56

Benyamin Nétanyahou assure qu’environ la moitié des personnes tuées à Gaza sont des combattants du Hamas

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a affirmé dans le podcast « Call Me Back », lors d’une interview réalisée dimanche, qu’environ la moitié des personnes tuées à Gaza depuis le début de la guerre étaient « des combattants du Hamas », assurant que le bilan global de plus de 35 000 personnes était inférieur à celui annoncé par Hamas.

Selon M. Nétanyahou, le bilan des morts est en réalité d’environ 30 000 personnes, soit environ « 14 000 combattants » et « probablement environ 16 000 civils ».

Les Etats-Unis, principal allié d’Israël, ont encore répété lundi soir que l’armée israélienne « peut et doit en faire plus pour assurer la protection des civils », sans donner de chiffres. A la mi-avril, le haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, avait rappelé que les enfants « payent de façon disproportionnée le prix ultime de cette guerre ».

21:50

Début de la fête nationale pour le 76ᵉ anniversaire de la proclamation de l’Etat d’Israël

La journée de Yom Hazikaron, qui rend hommage aux soldats morts en service et aux victimes d’attentats en Israël, a fait place lundi soir à la fête nationale pour le 76e anniversaire de la proclamation de l’Etat d’Israël, pour vingt-quatre heures. La cérémonie officielle de passage du deuil aux festivités de l’Indépendance, proclamée le 14 mai 1948, se déroule sans public exceptionnellement.

En parallèle, deux cérémonies très différentes se sont déroulées lundi soir : l’une à Tel-Aviv avec des milliers de personnes réunies sur la « place des otages » en présence de proches de personnes retenues à Gaza, exigeant leur libération.

L’autre à Binyamina, plus politique et critique à l’égard du gouvernement et comptant aussi dans ses rangs des proches d’otages, ayant affirmé « qu’un Etat normal ne peut pas festoyer quand 132 de ses citoyens sont en captivité », faisant allusion aux 128 otages du 7 octobre et aux quatre Israéliens (dont deux corps de soldats) retenus depuis plus longtemps à Gaza, selon un communiqué des organisateurs. « Pas d’otages, pas d’indépendance », scandaient les participants.

21:05

Il n’y a pas de « génocide » dans la bande de Gaza, mais Israël doit faire plus pour épargner les civils, affirme la Maison Blanche

Les Etats-Unis ne considèrent pas qu’Israël se livre à un « génocide » dans la bande de Gaza, mais appellent leur allié à « en faire plus pour assurer la protection des civils » palestiniens, a déclaré lundi Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale du président américain Joe Biden.

« Nous pensons qu’Israël peut et doit faire plus pour assurer la protection des civils innocents. Nous ne pensons pas que ce qu’il se passe à Gaza soit un génocide », a dit M. Sullivan lors d’un point presse.

Il a affirmé que le président Biden s’efforçait de parvenir à une issue du conflit à une situation régionale qui « garantisse la sécurité d’Israël tout en ouvrant la voie à un avenir de dignité et de sécurité pour le peuple palestinien, plutôt que de voir Israël embourbé dans une campagne de contre-guérilla qui n’en finisse jamais ».

Il a réitéré que l’administration américaine estimait que « ce serait une erreur de lancer une opération militaire majeure au cœur de Rafah qui mettrait en danger un nombre énorme de civils sans gain stratégique clair ». L’engagement du président Biden envers Israël est « en béton armé », mais « cela ne signifie pas qu’il n’y a jamais de désaccord » avec le gouvernement israélien, a poursuivi Jake Sullivan.

21:00 L’essentiel

Le point sur la situation lundi à 21 heures

  • Un membre des services de sécurité de l’ONU a été tué lundi par une attaque contre son véhicule à Gaza, a annoncé un porte-parole, précisant qu’il s’agissait du premier employé étranger des Nations unies tué dans le territoire palestinien depuis le 7 octobre.
  • L’armée de l’air israélienne a bombardé plus de 120 « cibles terroristes » dans trois secteurs de la bande de Gaza au cours de la journée écoulée, a rapporté, lundi, l’état-major. Des opérations sont, selon ce dernier, toujours en cours dans l’est de Rafah, à l’extrémité sud de l’enclave, et du côté gazaoui du point de passage vers l’Egypte, ainsi que dans le camp de réfugiés de Jabalya, dans le Nord, où des témoins avaient auparavant fait état d’une intensification des attaques israéliennes.
  • Selon des témoins, les hélicoptères et l’artillerie sont intervenus dans les combats à Rafah, où Israël menace de lancer une offensive terrestre d’ampleur pour détruire selon lui les derniers bataillons du Hamas.
  • Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken a réaffirmé dimanche l’opposition des Etats-Unis à une opération terrestre majeure à Rafah, au cours d’un entretien téléphonique avec le ministre de la défense israélien, Yoav Gallant, a rapporté le département d’Etat.
  • Le ministère de la santé de la bande de Gaza, administré par le Hamas, a fait état lundi de 35 091 morts dans l’enclave depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, le 7 octobre.
  • Le ministère a par ailleurs averti lundi que le système de soins du territoire palestinien était « à quelques heures de l’effondrement (…) en l’absence du carburant nécessaire pour faire fonctionner les générateurs des hôpitaux, les ambulances et les moyens de transport du personnel ».
  • « Plus de 1 000 membres du Hamas » sont actuellement hospitalisés en Turquie, a annoncé lundi le président turc Recep Tayyip Erdogan, réaffirmant qu’il « ne considère pas le Hamas comme une organisation terroriste ».

20:43 Pour approfondir

Editorial РChanger de paradigme sur la question isra̩lo-palestinienne

Soixante-seize ans après la création de l’Etat d’Israël et face au désastre en cours dans la bande de Gaza, la reconnaissance d’un Etat palestinien pourrait contribuer à abréger la souffrance des Palestiniens et à protéger l’Etat hébreu contre lui-même, écrit la rédaction du Monde, dans un éditorial. Pour lire la suite, cliquez ci-dessous :

Lire aussi |

Changer de paradigme sur la question israélo-palestinienne

Publié hier à 11h30 Temps de Lecture 2 min.

20:04

Les Nations unies peinent à expliquer la révision du nombre de femmes et d’enfants tués dans la bande de Gaza

Un porte-parole des Nations unies s’est efforcé lundi de justifier la révision du nombre d’enfants et de femmes tuées dans la bande de Gaza, que le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a pratiquement divisé par deux entre le 6 et le 8 mai.

Dans son infographie du 6 mai, l’OCHA faisait état de 14 500 enfants et de 9 500 femmes tués depuis le 7 octobre dans l’enclave. Le 8, ces bilans étaient respectivement passés à 7 797 et 4 959. Le nombre total de tués n’a, en revanche, que très peu varié, mais dans l’infographie du 8 mai l’organisation précise que 24 686 corps ont pu être identifiés.

Interrogé sur cette révision, Farhan Aziz Haq, porte-parole de l’ONU, a déclaré que les bilans étaient établis sur la base des données du ministère de la santé de l’enclave administrée par le Hamas et qu’ils pouvaient varier « en fonction du processus de vérification qu’il entreprend ».

« Les équipes des Nations unies sur le terrain ne sont pas en mesure de vérifier ces chiffres de manière indépendante étant donné la situation qui prévaut sur le terrain et le grand nombre de morts. C’est pour cette raison que tous les chiffres utilisés par l’ONU citent clairement le ministère de la santé de Gaza comme source », a-t-il ajouté.

Dans une note de bas de page, l’OCHA explique que les chiffres qu’il mentionne ont été fournis par le ministère de la santé ou le service de presse de l’administration de l’enclave et n’ont pas été vérifiés.

Réagissant sur X à la révision du bilan, le ministre des affaires étrangères israélien, Israel Katz, a demandé la démission du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. « Quiconque s’appuie sur de fausses données provenant d’une organisation terroriste pour promouvoir des diffamations contre Israël est antisémite et soutient le terrorisme », écrit-il.

19:39

Un employé étranger de l’ONU tué dans la bande de Gaza

Un membre des services de sécurité de l’ONU a été tué lundi par une attaque contre son véhicule à Gaza, a annoncé un porte-parole, précisant qu’il s’agissait du premier employé étranger des Nations unies tué dans le territoire palestinien depuis le 7 octobre.

Le secrétaire général est « profondément attristé d’apprendre la mort d’un membre du département de la sûreté et de la sécurité des Nations unies et les blessures d’un autre lorsque leur véhicule de l’ONU a été frappé, alors qu’ils se rendaient à l’hôpital européen de Rafah ce [lundi] matin », a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Il s’agit de « la première victime internationale » de l’ONU depuis le début de l’offensive israélienne à Gaza, déclenchée en représailles à l’attaque sans précédent du Hamas du 7 octobre, a-t-il précisé, rappelant qu’environ 190 employés palestiniens de l’organisation y ont été tués, principalement des membres du personnel de l’agence pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

Le secrétaire général « condamne toutes les attaques contre le personnel de l’ONU et appelle à une enquête complète », a-t-il ajouté, sans préciser la nationalité des victimes ni les circonstances de l’attaque. La presse israélienne et l’agence palestinienne WAFA avaient auparavant annoncé la mort d’un membre du personnel des Nations unies aux abords de l’hôpital européen de Gaza.

18:46

L’aviation israélienne bombarde des positions du Hezbollah au Liban sud

L’aviation israélienne a bombardé lundi deux sites du sud du Liban d’où le Hezbollah s’apprêtait à lancer des roquettes, annonce l’armée. Les raids aériens avaient été précédés de plusieurs tirs en direction de l’Etat hébreu qui n’ont pas fait de victimes, ajoute-t-elle sur Telegram.

17:44 Urgent

« Plus de 1 000 membres du Hamas » hospitalisés en Turquie, selon Recep Tayyip Erdogan

« Plus de 1 000 membres du Hamas » sont actuellement hospitalisés en Turquie pour y être soignés, a annoncé lundi le président turc Recep Tayyip Erdogan, réaffirmant qu’il « ne considère pas le Hamas comme une organisation terroriste ».

« Tant de membres du Hamas sont tués. Tout l’Occident les attaque avec toutes sortes d’armes et de munitions », a poursuivi le chef de l’Etat, qui s’adressait à la presse, répétant que le Hamas était une « organisation de résistance ».

17:39

Peut-on savoir le nombre de victimes dans l’armée israélienne, nombres de morts et nombre de blessés, depuis le début de cette guerre ?

Merlo

Bonjour Merlo,

Les pertes de l’armée israélienne s’élèvent à 620 morts et 3 434 blessés depuis le 7 octobre, d’après les chiffres publiés sur son site internet. L’Institut d’études sur la sécurité nationale de l’université de Tel Aviv, qui tient le bilan à jour quotidiennement, fait état du même nombre de tués.

17:10

Un chauffeur de l’OMS tué et une employée blessée à Rafah, selon la presse israélienne et l’agence palestinienne WAFA

Le conducteur palestinien d’un véhicule de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été tué, et une employée de l’agence a été blessée, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, rapportent la presse israélienne et l’agence palestinienne WAFA.

Un membre du personnel des Nations unies a, par ailleurs, trouvé la mort dans l’après-midi aux abords de l’hôpital européen de la ville de Gaza, et deux autres ont été blessés au point de passage de Rafah à la frontière égyptienne, selon les mêmes sources.

16:47 Sur le terrain

Commémorations annuelles en Israël

Les commémorations annuelles en Israël pour les soldats tombés pour la défense du pays et les victimes d’attentats sont suivies d’une série de cérémonies dans les cimetières militaires d’Israël.

Deux jeunes femmes chantent et écoutent des chants religieux au cimetière militaire du Mont Herzl, le 13 mai 2024.
Des proches d'un soldat tué lors de l'offensive à Gaza chantent des chants religieux devant sa tombe, le 13 mai 2024. Cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem.

16:47

Cinq soldats israéliens grièvement blessés en deux jours, selon l’armée

Deux soldats israéliens et un sous-traitant civil du ministère de la défense ont été grièvement blessés lundi dans le sud de la bande de Gaza, rapporte l’armée.

Un militaire a par ailleurs été grièvement blessé dimanche soir dans le nord de l’enclave et deux autres l’ont été samedi dans un « accident opérationnel » survenu dans la zone frontalière, près de Nir Am, ajoute le communiqué des militaires.

Le contexte

Live animé par Romain Del Bello et Solène L’Hénoret

Image de couverture : Des enfants observent la fumée au-dessus de Rafah (sud de la bande de Gaza), après des frappes israéliennes, le 13 mai 2024. – / AFP
  • Les frappes israéliennes sur la bande de Gaza se poursuivent malgré les critiques de Washington sur la conduite de la guerre et les risques, selon l’ONU, d’une « catastrophe humanitaire colossale » dans la ville densément peuplée de Rafah.
  • Des pourparlers indirects visant à arracher une trêve et éviter une attaque d’ampleur sur Rafah se sont achevés jeudi au Caire sans aboutir à un accord.
  • Une majorité écrasante de l’Assemblée générale de l’ONU a jugé que les Palestiniens méritaient d’être membres à part entière de l’organisation, leur octroyant quelques droits supplémentaires à défaut d’une véritable adhésion, bloquée par les Etats-Unis, premiers alliés d’Israël malgré leurs critiques récentes.

Pour approfondir :

Retrouvez tous nos articles, vidéos et podcasts sur le conflit opposant Israël au Hamas

Les faits. Après la conquête du terminal de Rafah par Israël, les opérations humanitaires à Gaza au point mort

Décryptage. Autour du terminal de Rafah, un jeu diplomatique à trois bandes

Chronique. « Les Etats-Unis sont-ils sérieux dans leur engagement en faveur d’un Etat palestinien ? »

Décryptage. Guerre Israël-Hamas : le plan arabe pour le « jour d’après » dans l’impasse

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

    Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.