En direct, émeutes en Nouvelle-Calédonie : « Des tas de structures municipales ont brûlé, des médiathèques, des écoles », déplore Sonia Lagarde, maire de Nouméa

Consulterle journal Navigation Retour à la page d’accueil du Monde Se connecter Se connecter S’abonner À la une Retour à la page d’accueil du Monde En continu Actualités En ce moment Nouvelle-Calédonie Guerre en Ukraine Guerre Israël-Hamas Festival de Cannes 2024 Élections européennes 2024 Projet Overdose Climat Jeux olympiques de Paris 2024 Géorgie Élection présidentielle



En direct, émeutes en Nouvelle-Calédonie : « Des tas de structures municipales ont brûlé, des médiathèques, des écoles », déplore Sonia Lagarde, maire de Nouméa

Des débris calcinés devant un restaurant endommagé dans le quartier de Magenta à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 18 mai 2024.
Live en cours

En direct, émeutes en Nouvelle-Calédonie : « Des tas de structures municipales ont brûlé, des médiathèques, des écoles », déplore Sonia Lagarde, maire de Nouméa

« Les deux dernières nuits, on peut dire qu’elles étaient plus calmes. Par contre, les jours se ressemblent, avec son lot d’incendies, a-t-elle dit, sur BFM-TV. Il y a des barricades qui sont montées dans un quartier est de la ville de Nouméa, qui sont tenues (…) par les indépendantistes. »

Réagissez

22:18 L’essentiel

Le point sur la situation, samedi 18 mai au soir

  • La situation en Nouvelle-Calédonie est « loin d’un retour à l’apaisement », selon la maire de Noumé, Sonia Lagarde. « Les deux dernières nuits, on peut dire qu’elles étaient plus calmes, par contre, les jours se ressemblent, avec son lot d’incendies », a déclaré l’élue Renaissance.
  • Un homme est mort ce samedi dans un échange de coups de feu sur un barrage érigé par des émeutiers à Kaala-Gomen, une commune de la province Nord, a confirmé le général Nicolas Matthéos, commandant de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. Cela porte à six le nombre de morts depuis lundi.
  • « Cinquante-neuf sapeurs-pompiers civils et militaires sont attendus dans les prochains jours pour renforcer pour une durée indéterminée les équipes communales et celles de la sécurité civile », a fait savoir la sécurité civile sur Facebook.
  • La grande majorité des parlementaires proposent une pause de la réforme constitutionnelle pour renouer le dialogue, selon le sénateur calédonien Georges Naturel, sur X, après une réunion avec Gabriel Attal et les comités de liaison parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie. « C’est au président de la République qu’appartient maintenant la décision finale », précise-t-il. Le premier ministre se rendra sur place « dès que possible », ajoute-t-il.

Le 17/05 à 21:00 L’essentiel

Le point sur la situation vendredi 17 mai, à 21 heures

  • Le procureur de la République de Nouméa rapporte « quatre procédures criminelles en cours » et « 163 mesures de gardes à vue » depuis lundi. Le magistrat a également fait état de 26 déferrements.
  • Le parquet de Nouméa a ouvert une enquête visant « des commanditaires » des émeutes qui secouent la Nouvelle-Calédonie depuis lundi, dont « certains membres de la CCAT », la cellule de coordination des actions sur le terrain, un collectif indépendantiste mis en cause par les autorités.
  • Le blocage de TikTok attaqué devant le Conseil d’Etat. La Ligue des droits de l’homme et la Quadrature du Net ont annoncé ce vendredi déposer chacune un recours en référé-liberté auprès du Conseil d’Etat, après la décision prise mercredi par le premier ministre, Gabriel Attal, de procéder au blocage du réseau social TikTok en Nouvelle-Calédonie.
  • L’effectif des policiers et gendarmes sur place augmenté à 2 700 fonctionnaires. Un millier d’entre eux sont venus renforcer les 1 700 forces de l’ordre déjà présentes. Quant à l’armée, des forces sont déployées pour sécuriser les ports et l’aéroport du territoire néo-calédonien.
  • Cinq personnes sont mortes depuis le début des violences, lundi : deux hommes, de 20 et 36 ans, une adolescente de 17 ans et deux gendarmes. Selon les informations du Monde, la mort du deuxième gendarme est due au tir d’un autre membre des forces de l’ordre.
  • Viginum rapporte une campagne « d’origine azerbaïdjanaise » qui vise la France en s’appuyant sur les émeutes en Nouvelle-Calédonie. L’organe chargé d’enquêter sur les opérations d’ingérence en ligne a identifié au moins 1 600 comptes X et plusieurs dizaines de comptes Facebook responsables de plusieurs milliers de publications portant sur les émeutes.

Tout le live

22:18 L’essentiel

Le point sur la situation, samedi 18 mai au soir

  • La situation en Nouvelle-Calédonie est « loin d’un retour à l’apaisement », selon la maire de Noumé, Sonia Lagarde. « Les deux dernières nuits, on peut dire qu’elles étaient plus calmes, par contre, les jours se ressemblent, avec son lot d’incendies », a déclaré l’élue Renaissance.
  • Un homme est mort ce samedi dans un échange de coups de feu sur un barrage érigé par des émeutiers à Kaala-Gomen, une commune de la province Nord, a confirmé le général Nicolas Matthéos, commandant de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. Cela porte à six le nombre de morts depuis lundi.
  • « Cinquante-neuf sapeurs-pompiers civils et militaires sont attendus dans les prochains jours pour renforcer pour une durée indéterminée les équipes communales et celles de la sécurité civile », a fait savoir la sécurité civile sur Facebook.
  • La grande majorité des parlementaires proposent une pause de la réforme constitutionnelle pour renouer le dialogue, selon le sénateur calédonien Georges Naturel, sur X, après une réunion avec Gabriel Attal et les comités de liaison parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie. « C’est au président de la République qu’appartient maintenant la décision finale », précise-t-il. Le premier ministre se rendra sur place « dès que possible », ajoute-t-il.

19:16 Pour approfondir

En vidéo | Qu’est-ce que la réforme du corps électoral ?

17:36

Tribune | Denise Fisher : « Emmanuel Macron doit maintenant écouter les Kanak »

L’ancienne consule générale d’Australie en Nouvelle-Calédonie, Denise Fisher, revient, dans une tribune au Monde, sur les blessures profondes entre l’Etat français et les habitants de l’archipel.

Tribune |

Nouvelle-Calédonie : « Emmanuel Macron doit maintenant écouter les Kanak »

Publié aujourd’hui à 14h00 Temps de Lecture 4 min.

15:24 En photos 📷

Des rayonnages vides dans un supermarché de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 18 mai 2024.

14:03

L’Australie dit travailler avec les autorités locales pour rapatrier les Australiens bloqués en Nouvelle-Calédonie

Alors que des ressortissants australiens sont bloqués en Nouvelle-Calédonie, la ministre des affaires étrangères australienne, Penny Wong, a assuré samedi que Canberra « travaillait avec les autorités de France et de Nouvelle-Calédonie, ainsi qu’avec des partenaires de même sensibilité, dont la Nouvelle-Zélande, afin d’évaluer les options permettant aux Australiens de partir en toute sécurité ».

Dans un message publié samedi sur son compte X, elle a ajouté que l’aéroport international de Nouméa, La Tontouta, restait fermé et a invité les Australiens à « faire preuve d’une grande prudence en Nouvelle-Calédonie ».

12:41

Le peuple polynésien est « prêt à participer à l’effort de réconciliation et d’apaisement », assure son président

Lançant un appel « au calme et au dialogue », le président (indépendantiste) de la Polynésie française, Moetai Brotherson, a assuré dans un communiqué que « le peuple polynésien [était] prêt à participer à l’effort dans un objectif de réconciliation et d’apaisement ».

« Nous sommes océaniens et que ce qui se passe chez nos frères et sœurs du Pacifique nous affecte et nous affectera encore », écrit le président, assurant que les autorités de l’Etat « se t[enai]ent prêtes à se mobiliser ».

Jeudi, les services de l’Etat en Polynésie et le ministère de la santé local ont expédié une soixantaine de poches de sang en Nouvelle-Calédonie, en réponse à l’appel formulé par le Haut-Commissariat de l’archipel pour répondre aux besoins urgents de l’hôpital de Nouméa.

Par ailleurs, l’Etat « [tente] activement de trouver des solutions pour les ressortissants Polynésiens bloqués sur la Grande Terre et les Calédoniens aussi coincés sur notre territoire », précise le communiqué.

12:15 Pour approfondir

Un calme très partiel dans Nouméa, placée sous état d’urgence

L’état d’urgence a permis de retrouver un calme très partiel depuis vendredi. L’agglomération, vers laquelle avaient convergé, en début de semaine, quelque 10 000 militants ou jeunes délinquants, selon les autorités, demeure en proie au désordre.

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a appelé, samedi 18 mai, à la levée des barrages, qui continuent de bloquer le territoire et son poumon économique du Grand Nouméa. Il « condamne fermement toute entrave à l’accès des populations à leurs besoins essentiels », a précisé un communiqué.

Lire aussi |

Nouvelle-Calédonie : calme très partiel dans Nouméa, placée sous état d’urgence

Publié aujourd’hui à 10h06 Temps de Lecture 3 min.

12:10 Sur le terrain

Dans le quartier de Magenta, à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 18 mai 2024.
Devant un supermarché à Nouméa, le 18 mai 2024.
Devant un commissariat de police, à Nouméa, le 18 mai 2024.

12:03

Des sapeurs-pompiers de l’Hexagone arrivent pour renforcer les équipes locales

La sécurité civile de Nouvelle-Calédonie a salué l’arrivée des premiers renforts de l’Hexagone. « Au total, 59 sapeurs-pompiers civils et militaires sont attendus dans les prochains jours pour renforcer pour une durée indéterminée les équipes communales et celles de la sécurité civile », a fait savoir cette dernière sur Facebook.

11:58

La flamme olympique ne passera pas en Nouvelle-Calédonie

La flamme olympique, symbole des Jeux olympiques de 2024, ne passera pas par la Nouvelle-Calédonie, en raison de la crise politique que traverse l’archipel et des émeutes qui ont fait six morts depuis lundi. Cette décision a été annoncée par le premier ministre, Gabriel Attal, après une réunion à Matignon, a appris l’Agence France-Presse de sources concordantes.

Le passage du relais de la flamme olympique était prévu pour le 11 juin en Nouvelle-Calédonie. Des relais étaient prévus à VTT, à cheval et en pirogue, et devaient passer par l’île des Pins et Bourail avant de rejoindre Nouméa, pour ce qui aurait été le premier passage de l’histoire de la flamme olympique en Nouvelle-Calédonie.

11:39

« On est loin d’un retour à l’apaisement », affirme la maire de Nouméa, Sonia Lagarde

La situation en Nouvelle-Calédonie est « loin d’un retour à l’apaisement », a affirmé samedi Sonia Lagarde, la maire de Nouméa. « Les deux dernières nuits, on peut dire qu’elles étaient plus calmes, par contre, les jours se ressemblent, avec son lot d’incendies », a déclaré l’élue (Renaissance) de la « capitale » calédonienne, interrogée par BFM-TV.

« Au moment où je vous parle, il y a des barricades qui sont montées dans un quartier est de la ville de Nouméa, qui sont tenues (…) par les indépendantistes », a-t-elle poursuivi, assurant que la situation ne s’améliorait pas, « bien au contraire, malgré tous les appels à l’apaisement ».

Interrogée sur le montant des dégâts, la maire de Nouméa a estimé être dans l’« impossibilité » de les chiffrer. « Il y a des tas de structures municipales qui ont brûlé, des médiathèques, des écoles », a-t-elle rappelé. Selon des estimations locales, le montant des dégâts atteignait jeudi 200 millions d’euros.

« Quand je vois tous ces dégâts, (…) les biens privés ou les biens publics qui partent en fumée, c’est la désolation », s’est émue Mme Lagarde, parlant d’une « tristesse infinie ».

11:11

La grande majorité des parlementaires proposent une pause de la réforme constitutionnelle pour renouer le dialogue, selon Georges Naturel

Des échanges pour renouer le dialogue ont commencé, et « la grande majorité des [parlementaires] propose la pause de la réforme constitutionnelle », a rapporté sur X le sénateur calédonien Georges Naturel, après une réunion avec Gabriel Attal et les comités de liaison parlementaire sur la Nouvelle-Calédonie. « C’est au président de la République qu’appartient maintenant la décision finale », précise-t-il.

Le sénateur a rappelé l’envoi de forces de l’ordre supplémentaire en Nouvelle-Calédonie, et annoncé que la prolongation de l’état d’urgence, qui doit être votée par le Parlement à partir du 12ᵉ jour, serait validée « avant la fin de la semaine ».

« Avant d’organiser la reprise du dialogue, la priorité est de rétablir la vie sur place, la circulation, l’alimentation, l’accès aux soins… », écrit M. Naturel, précisant qu’une cellule d’urgence a été activée à Bercy pour s’occuper de la situation économique locale.

Le premier ministre se rendra sur place « dès que possible », ajoute-t-il. Georges Naturel a tenu à lui rappeler que « la Nouvelle-Calédonie ne [devait] pas devenir un enjeu politique national en cette période de campagne pour les élections européennes ». « Nous aurons grandement besoin de la solidarité nationale pour la reconstruction de la Nouvelle-Calédonie », note le sénateur.

08:50 Urgent

Un mort et deux blessés dans un échange de tirs au niveau d’un barrage à Kaala-Gomen, dans la province Nord

Un homme a perdu la vie et deux autres ont été blessés samedi en Nouvelle-Calédonie dans un échange de coups de feu sur un barrage érigé par des émeutiers à Kaala-Gomen, une commune de la province Nord, a confirmé le général Nicolas Matthéos, commandant de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, à l’Agence France-Presse. Cela porte à six le nombre de morts depuis lundi.

Vers 14 h 30, heure locale (5 h 30, heure de Paris), un homme caldoche s’est présenté à un barrage et a essuyé un refus. D’après une source proche du dossier, des tirs ont été échangés. L’homme est mort et deux autres personnes ont été blessées, parmi lesquelles un Kanak.

Ces trois personnes avaient été évacuées vers l’hôpital de Koumac (Nord) après l’échange de coups de feu, selon une des sources proches du dossier.

Mise à jour le 18 mai 2024 à 13 h 04 : suppression d’une précision non-confirmée sur l’identité d’un des blessés.

08:03 Pour approfondir

Gabriel Attal hérite d’un dossier incandescent

Le dossier, brûlant, de la Nouvelle-Calédonie est désormais sur le bureau de Gabriel Attal. Ordre d’Emmanuel Macron. Le premier ministre, arrivé en janvier rue de Varenne, s’était, jusqu’ici, tenu à bonne distance des affaires de l’archipel, réputées des plus complexes.

Le voilà tenu de rétablir, aux côtés du ministre de l’intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, un dialogue avec les représentants indépendantistes et loyalistes de Nouvelle-Calédonie, raconte Claire Gatinois, journaliste au Monde.

Lire aussi |

Nouvelle-Calédonie : Gabriel Attal hérite d’un dossier incandescent

Publié aujourd’hui à 04h30 Temps de Lecture 4 min.

07:45

Le gouvernement appelle à arrêter de « s’entretuer » après la mort d’un motard à Nouméa

Dans la Vallée-du-Tir à Nouméa, l’un des quartiers où les émeutiers sont les plus nombreux et les mieux organisés, un motard a perdu la vie vendredi en fin d’après-midi dans un accident de la route, selon le procureur de la République, Yves Dupas.

Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a appelé au cours d’une conférence de presse à cesser barrages et barricades. « On est en train de s’entretuer et on ne peut pas continuer comme ça », a déclaré Vaimu’a Muliava, membre du gouvernement chargé de la fonction publique. « Des gens meurent déjà non pas à cause des conflits armés, mais parce qu’ils n’ont pas accès aux soins, pas accès à l’alimentation », a-t-il ajouté.

« Il y a des gens dialysés, qui devaient être dialysés, qui ont trouvé la mort », a-t-il affirmé. « Libérez les routes, laissez les médecins, les infirmiers aller sauver les gens. Laissez les gens circuler », a exhorté M. Muliava, au sixième jour de cette crise. « Un jour de plus, c’est le jour de trop », a-t-il encore déclaré.

Malgré les nombreux magasins et les commerces incendiés ou pillés, les routes barrées, la Nouvelle-Calédonie n’est pas victime de « pénurie », a également assuré ce membre du gouvernement local, « mais [elle] le deviendra si (…) cette voie destructrice [continue] ».

Le gouvernement néo-calédonien a appelé « à la raison ». Si la « misère sociale qui s’exprime » est compréhensible, a dit Vaimu’a Muliava à l’adresse de la jeunesse, avec les destructions d’entreprises et d’infrastructures, « vous vous punissez vous-mêmes ».

Lire aussi |

A Nouméa, les émeutes compliquent l’accès aux soins : « Des gens qui en ont besoin ne se font plus soigner »

Publié hier à 18h54 Temps de Lecture 3 min.

06:27

Quelque 3 200 personnes bloquées en l’absence de vols

Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a recensé 3 200 personnes bloquées en raison de l’absence de vols commerciaux au départ et à destination de l’archipel, a-t-il annoncé samedi.

D’après « les chiffres qu’ont donnés les deux compagnies aériennes » desservant régulièrement la Nouvelle-Calédonie, ce sont « 3 200 personnes au total » qui soit ne peuvent quitter l’archipel, soit ne peuvent y revenir, a fait savoir, au cours d’une conférence de presse à Nouméa, un porte-parole du gouvernement, Gilbert Tyuienon.

Ces vols commerciaux sont suspendus depuis mardi en raison des émeutes qui ont embrasé ce territoire français du sud du Pacifique. La reprise du trafic est à ce stade programmée mardi par Aircalin, mais cette date est très incertaine, car elle est soumise à l’évolution des conditions de sécurité. Air Calédonie, pour sa part, ne propose plus de vols « jusqu’à nouvel ordre ».

« Aircalin assure l’hébergement en ce moment de certains [habitants de Nouvelle-Calédonie] qui sont bloqués à Singapour ou à Tokyo », a expliqué Vaimu’a Muliava, membre du gouvernement chargé de la fonction publique. « On ne pourra pas le faire ad vitam aeternam. C’est pour cela qu’on dit : un jour de plus, c’est un jour de trop », a-t-il ajouté.

Le gouvernement local est propriétaire à 99 % d’Aircalin et à 50,3 % d’Air Calédonie.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande travaillaient samedi à rapatrier leurs ressortissants se trouvant en Nouvelle-Calédonie.

Le 17/05 à 21:31

Plusieurs parlementaires souhaitent une mission de dialogue et un report de la convocation du Congrès

La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, et plusieurs parlementaires ont demandé ce vendredi lors d’une réunion à Matignon sur la Nouvelle-Calédonie une mission de dialogue, selon plusieurs sources parlementaires consultées par l’Agence France-Presse (AFP).

Les élus appellent aussi de leurs vœux le report de la convocation du Congrès, qui doit voter « avant la fin juin », selon Emmanuel Macron, la réforme électorale contestée par les indépendantistes, ainsi que le retour de l’ordre.

Le président du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI) au Sénat, Hervé Marseille, a dit constater une « convergence » des participants pour demander une mission de dialogue et le report de la convocation du Congrès. Il y est lui-même « favorable », a-t-il déclaré à l’AFP.

Mme Braun-Pivet (Renaissance) a estimé que la convocation du Congrès ne permettait pas les conditions du dialogue et de l’apaisement et a proposé « de reculer la date », a rapporté une source parlementaire. Mais la députée des Yvelines ne fait pas de cette proposition un « préalable », car elle demande aussi « le retour de l’ordre et de la paix civile avec une mission de dialogue », a ajouté une autre source parlementaire à l’AFP.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, a lui aussi demandé une mission de dialogue, et évoqué la question du nickel, poumon économique de l’archipel aujourd’hui en crise, qui doit selon lui faire partie des discussions.

Le 17/05 à 21:00 L’essentiel

Le point sur la situation vendredi 17 mai, à 21 heures

  • Le procureur de la République de Nouméa rapporte « quatre procédures criminelles en cours » et « 163 mesures de gardes à vue » depuis lundi. Le magistrat a également fait état de 26 déferrements.
  • Le parquet de Nouméa a ouvert une enquête visant « des commanditaires » des émeutes qui secouent la Nouvelle-Calédonie depuis lundi, dont « certains membres de la CCAT », la cellule de coordination des actions sur le terrain, un collectif indépendantiste mis en cause par les autorités.
  • Le blocage de TikTok attaqué devant le Conseil d’Etat. La Ligue des droits de l’homme et la Quadrature du Net ont annoncé ce vendredi déposer chacune un recours en référé-liberté auprès du Conseil d’Etat, après la décision prise mercredi par le premier ministre, Gabriel Attal, de procéder au blocage du réseau social TikTok en Nouvelle-Calédonie.
  • L’effectif des policiers et gendarmes sur place augmenté à 2 700 fonctionnaires. Un millier d’entre eux sont venus renforcer les 1 700 forces de l’ordre déjà présentes. Quant à l’armée, des forces sont déployées pour sécuriser les ports et l’aéroport du territoire néo-calédonien.
  • Cinq personnes sont mortes depuis le début des violences, lundi : deux hommes, de 20 et 36 ans, une adolescente de 17 ans et deux gendarmes. Selon les informations du Monde, la mort du deuxième gendarme est due au tir d’un autre membre des forces de l’ordre.
  • Viginum rapporte une campagne « d’origine azerbaïdjanaise » qui vise la France en s’appuyant sur les émeutes en Nouvelle-Calédonie. L’organe chargé d’enquêter sur les opérations d’ingérence en ligne a identifié au moins 1 600 comptes X et plusieurs dizaines de comptes Facebook responsables de plusieurs milliers de publications portant sur les émeutes.

Le 17/05 à 20:30 Pour approfondir

Pourquoi y a-t-il autant d’armes en circulation dans l’archipel ?

Les services de l’Etat considèrent qu’il y a une arme à feu pour quatre habitants, en moyenne. Selon un rapport parlementaire publié en avril, quelque 64 000 armes, de catégorie B et C (les armes de chasse et de tir sportif), sont en circulation dans l’archipel de 270 000 habitants.

« En ajoutant les armes détenues de manière illégale, les services de l’Etat évoquent un total de 100 000 armes en circulation. Un chiffre très important au regard des 268 500 habitants du territoire », précise le rapport.

A titre de comparaison, le ministère de l’intérieur avait affirmé sur Franceinfo, en 2021, que 5,4 millions d’armes soumises à autorisation ou déclaration étaient recensées par la base Agrippa, sur la totalité du territoire français, dont environ 1,4 million armes de catégorie B et 4 millions de catégorie C, pour plus de 67 millions de Français.

Explications |

Nouvelle-Calédonie : pourquoi y a-t-il autant d’armes en circulation dans l’archipel ?

Publié hier à 18h04 Temps de Lecture 2 min.

Le 17/05 à 20:14 En cartes ðŸŒ

Le contexte

Live animé par Dorian Jullien

Image de couverture : Des débris calcinés devant un restaurant endommagé dans le quartier de Magenta à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 18 mai 2024. DELPHINE MAYEUR / AFP

Ont également animé ce live : Louise Vallée, Glenn Cloarec, Romain Del Bello, Audrey Delaporte (photos), Marie Slavicek, Antonin Lainé (photos), Anna Villechenon et Charles Delaere.

Pour approfondir

Retrouvez tous nos articles sur la situation en Nouvelle-Calédonie en suivant ce lien

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

    Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.