Élections législatives 2024 : la gauche annonce un accord pour des candidatures uniques dans chaque circonscription

Elections législatives 2024, Politique, France - Monde Publié le 11/06/2024 à 07:33 , mis à jour à 07:40 La rédaction avec AFP l'essentiel Les partis de gauche, de la France Insoumise au Parti socialiste, ont annoncé hier soir, avoir trouvé un accord pour un nouveau Front populaire et des candidatures uniques pour les prochaines législatives.


Élections législatives 2024 : la gauche annonce un accord pour des candidatures uniques dans chaque circonscription
Publié le
, mis à jour

La rédaction avec AFP

l’essentiel
Les partis de gauche, de la France Insoumise au Parti socialiste, ont annoncé hier soir, avoir trouvé un accord pour un nouveau Front populaire et des candidatures uniques pour les prochaines législatives.

La gauche a annoncé hier tard dans la soirée avoir trouvé un accord en vue des législatives. Le Parti socialiste, le Parti communiste, les Écologistes et La France insoumise ont indiqué vouloir « soutenir des candidatures uniques dès le premier tour » des élections législatives, dans un communiqué également signé par Place publique, ou Générations.

« Dans chaque circonscription, nous voulons soutenir des candidatures uniques dès le premier tour », portant « un programme de rupture », écrivent les partis signataires. Ils ont également appelé à « rejoindre les cortèges » prévus ce week-end à l’appel de la CFDT, la CGT, l’UNSA, la FSU et Solidaires et à « manifester largement ».

Les partis de gauche avaient entamé hier des tractations pour trouver une union pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

Un nouveau Front populaire

Ils se sont retrouvés au siège parisien dans l’après-midi des Écologistes avant de publier leur communiqué peu après 22 h 30. « Nous appelons à la constitution d’un nouveau Front populaire rassemblant dans une forme inédite toutes les forces de gauche humanistes, syndicales, associatives et citoyennes », écrivent les signataires, disant souhaiter « construire une alternative à Emmanuel Macron et combattre le projet raciste de l’extrême droite ».

Dimanche soir déjà, François Ruffin en appelait à ce Front populaire. Il réitérait son souhait le lendemain matin sur France Inter aux côtés d’Olivier Faure. Fabien Roussel leur emboîtait le pas.

« Nous l’avons fait. » Marine Tondelier, la cheffe des Écologistes s’est félicitée lundi soir d’avoir, avec les autres partis de gauche, « enclenché un nouveau Front populaire ». L’Insoumis François Ruffin s’est lui aussi félicité de cet accord sur Twitter. Quant à Olivier Faure, le premier secrétaire national du PS, il indiquait : « Nous sommes disposés à travailler ensemble avec vous, avec toutes celles et ceux qui ne se résolvent pas à faire de la France un pays qui succombe à l’extrême droite ».

« Enfin, nous y sommes parvenus ! Maintenant, allons-y jusqu’à la victoire ! », écrit sur X le secrétaire national du PCF Fabien Roussel.

Quant à Jean-Luc Mélenchon le leader des Insoumis, il indiquait : « Un bon travail qui déjoue la division sur laquelle comptaient Macron et Le Pen ».

Laurent Berger à Matignon ?

Dans la soirée, avant que cet accord ne soit trouvé, Raphaël Glucksmann s’était exprimé au journal de 20 heures de France 2. L’occasion de poser ses conditions. « On ne va pas refaire la Nupes, il y a eu une inversion du rapport de force. Je suis arrivé en tête. »

Il demandait donc que la gauche s’accorde sur plusieurs points : « un soutien indéfectible à la construction européenne, un soutien indéfectible à la résistance ukrainienne, l’abrogation de la réforme des retraites, de l’assurance chômage et de la loi immigration et enfin un rejet de la brutalisation de la vie politique ». Pour lui, il ne saurait être question que Jean-Luc Mélenchon accède à Matignon en cas de victoire de la gauche. Il proposait le nom de Laurent Berger, l’ancien leader de la CFDT.

Un premier sondage publié hier (réalisé pour Challenges, M6 et RTL) après l’annonce de la dissolution par le chef de l’État donne, indique que la gauche unie recueillerait 22 % (25,7 % des suffrages recueillis en 2022), le camp macroniste 19 % (contre 25,8 %), et LR 9 % (contre 11,3 %). Le RN recueillerait 34 % d’intentions de vote. La campagne ne fait que commencer.

Voir les commentaires

,


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (5)
Bendutoit
Il y a 3 minutes
Le 11/06/2024 à 07:45

Laurent Berger, c’est bien celui qui était à la tête de la CFDT…. Elle est où la rupture ? En 2016, ne soutient-il pas le Loi Travail elle même soutenue par un certain Macron…

moustac
Il y a 4 minutes
Le 11/06/2024 à 07:44

Et ben on a pas le luc sorti des ronces ! A titre personnel , je suis socialiste depuis toujours , mais je ne voterai jamais pour une alliance avec LFI ! Jamais .
Quand je vois leur attitude au parlement , leur position sur la Palestine , il est hors de question que j’associe mon vote à ces agitateurs stériles .

Le sniper 31
Il y a 7 minutes
Le 11/06/2024 à 07:42

Trop tard les carottes sont cuites.


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *