Didier Deschamps confirmé à la tête de l’équipe de France de football jusqu’en 2026

Le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, après l’élimination des Bleus face à l’Espagne (1-2) en demi-finale de l’Euro 2024, le mardi 9 juillet à Munich, en Allemagne. ANNEGRET HILSE / REUTERS Le cap fixé par la Fédération française de football (FFF) en préambule du tournoi continental était clair : Didier Deschamps devait guider ses troupes


Le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, après l’élimination des Bleus face à l’Espagne (1-2) en demi-finale de l’Euro 2024, le mardi 9 juillet à Munich, en Allemagne.

Le cap fixé par la Fédération française de football (FFF) en préambule du tournoi continental était clair : Didier Deschamps devait guider ses troupes jusqu’en demi-finales de la compétition. Et le contrat a été rempli. Mardi 9 juillet, sur la pelouse de l’Allianz Arena de Munich (Allemagne), les Bleus se sont inclinés face à l’Espagne (1-2) aux portes de la finale du championnat d’Europe des nations.

En poste depuis 2012, le sélectionneur de l’équipe de France avait été prolongé, en janvier 2023, par Noël Le Graët, le précédent patron de la FFF, pour assurer ses fonctions jusqu’au terme de la Coupe du monde 2026. Une signature survenue quelques jours avant la mise en retrait de l’ex-dirigeant, puis la prise de fonction de Philippe Diallo, actuel président de la fédération.

Aux manettes d’une instance un temps traversée par des crises, Philippe Diallo a apaisé les tensions et tenté de fédérer autour de Didier Deschamps. Si les critiques sur le jeu proposé par le tacticien pleuvent depuis quelque temps, et d’autant plus après un parcours européen décrié pour son manque de spectacle, le président de la FFF a confirmé, mercredi dans un entretien à L’Equipe, que « Didier poursuivra sa mission ».

« Beaucoup de nations envient nos résultats »

Sans écarter la « frustration de ne pas être allé au bout [de la compétition] », Philippe Diallo a pris le soin de conforter le champion du monde – en tant que joueur (1998) et en tant qu’entraîneur (2018) – en rappelant son bilan étalé sur ses douze années de mandat : « Lorsqu’on regarde son parcours à la tête de l’équipe de France, il est exceptionnel. Beaucoup de nations envient nos résultats (…) qui plaident pour lui. »

Fort d’une longévité désormais rare dans le football moderne, Didier Deschamps devrait encore être de la partie pour la prochaine grande échéance internationale du monde du ballon rond, la Coupe du monde 2026, organisé conjointement par le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Toutefois, avant de se projeter, les Bleus devront se remettre de leur aventure légèrement manquée en Allemagne, ainsi que se qualifier pour le Mondial. Une mission face à laquelle le sélectionneur n’a jamais failli.

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu