Deux jeunes voleurs de gasoil et d’une moto jugés à Agen

Justice, Lot-et-Garonne, Agen Publié le 10/05/2024 à 18:32 La Rédaction l'essentiel Vendredi 10 mai, deux prévenus âgés d’une vingtaine d’années comparaissent pour vol de gasoil et d’une moto au tribunal judiciaire d’Agen. Ils écopent de 6 mois de prison avec sursis L’un arrive libre, l’autre menotte à la main. Deux hommes âgés respectivement de 20 et


Publié le
La Rédaction

l’essentiel
Vendredi 10 mai, deux prévenus âgés d’une vingtaine d’années comparaissent pour vol de gasoil et d’une moto au tribunal judiciaire d’Agen. Ils écopent de 6 mois de prison avec sursis

L’un arrive libre, l’autre menotte à la main. Deux hommes âgés respectivement de 20 et 21 ans comparaissent en correctionnelle au tribunal judiciaire d’Agen, ce vendredi 10 mai. En cause, deux vols survenus le 18 mai à Razimet et le 2 juin 2022 à Toulouse.

À peine majeurs lors des faits, ils évoquent « une erreur de jeunesse. » En premier lieu, au mois de mai, ils dérobent près de 200 litres de gasoil et plus tard, en juin, ils s’emparent d’une moto. Leur butin, sera revendu, le mobile étant une volonté de se faire de l’argent.

« Je n’avais pas le permis, je ne travaillais pas. C’était une période d’oisiveté », se justifie le jeune originaire d’Agen et né en 2003. Aujourd’hui repenti, il est en stage dans une société de bûcheronnage et souhaite passer le permis pour devenir chauffeur poids lourd. Lorsqu’on l’interroge sur les faits, il « ne s’en rappelle pas, c’était il y a deux ans. »

Plus en contact

Son complice, né en 2004, lui, arrive menotté. Il est incarcéré à la prison de Mont-de-Marsan. Il a plusieurs mentions à son casier pour vols, refus d’obtempérer et à cause des stupéfiants. Il a écopé de 8 mois de prison ferme pour excès de vitesse en 2023. « Ne tenez pas compte de son comportement », souligne Me Grolleau, son avocate, à propos du comportement insolent de son client à la barre.

En prison, le prévenu de tout juste 20 ans a goûté au carré disciplinaire pour avoir en sa possession un téléphone et du cannabis. « Il va falloir sortir de ce cercle de délinquance », prévient la procureure. Il se défend : « Sachant que je ne peux pas sortir avant septembre 2025. » Son conseil poursuit : « Il est sur la bonne voie. Il essaie de travailler, mais la surpopulation carcérale fait qu’il est sur liste d’attente.

À sa sortie, il veut reprendre ses études et passer un CAP dans le secteur des climatisations. » Le duo n’est plus en contact depuis les faits. Ils sortiront tous deux du tribunal avec 6 mois de prison avec sursis.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
3€/mois


,