Contrôle de l’immigration, asile… Les pays de l’Union européenne doivent adopter un pacte migratoire

Par Rédaction Actu Publié le 14 mai 2024 à 6h46 Voir mon actu Suivre Actu Les pays de l’Union européenne (UE) donnent mardi 14 mai 2024 leur ultime feu vert au pacte sur la migration et l’asile, une réforme majeure qui durcit le contrôle de l’immigration en Europe. Mais une partie de ces pays réclament


Voir mon actu

Les pays de l’Union européenne (UE) donnent mardi 14 mai 2024 leur ultime feu vert au pacte sur la migration et l’asile, une réforme majeure qui durcit le contrôle de l’immigration en Europe. Mais une partie de ces pays réclament déjà d’aller plus loin.

À moins d’un mois des élections européennes pour lesquelles les sondages prédisent une poussée des partis anti-immigration, cet ensemble d’une dizaine de législations, âprement négocié pendant des années, doit formellement être adopté par le Conseil de l’UE (représentant les Etats membres). Le Parlement a donné son aval en avril.

À lire aussi

Limiter le nombre d’arrivées aux frontières européennes

La réforme met en place une procédure de « filtrage » des migrants aux frontières de l’UE pour les identifier et distinguer plus rapidement ceux qui ont des chances d’obtenir l’asile de ceux qui ont vocation à être renvoyés vers leur pays d’origine. Elle établit aussi un mécanisme de solidarité entre les 27 pays dans la prise en charge des demandeurs d’asile.

Ce pacte se fonde sur une proposition de la Commission présentée en septembre 2020, après l’échec d’une précédente tentative de réforme au moment de la crise des réfugiés de 2015-2016.

A côté de cette réforme, qui ne s’appliquera que courant 2026, l’UE multiplie les accords, controversés, avec les pays d’origine et de transit des exilés (Tunisie, Mauritanie, Egypte) pour tenter de réduire le nombre d’arrivées à ses frontières.

À lire aussi

+1,14 million de demandes d’asile en 2023, un record

L’UE, qui accueille par ailleurs plus de quatre millions de réfugiés ukrainiens, fait face à une hausse des demandes d’asile, qui ont atteint 1,14 million en 2023. Soit leur plus haut niveau depuis 2016, selon l’Agence européenne pour l’asile.

Les entrées « irrégulières » dans l’UE sont aussi en augmentation, à 380 000 en 2023, selon Frontex.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Une « procédure à la frontière » est prévue pour ceux qui ont statistiquement le moins de chances d’obtenir l’asile : ils seront retenus dans des centres le temps que leur dossier soit examiné, six mois maximum. Les autres demandeurs d’asile suivront la procédure classique.

Les organisations de défense des droits humains, de même que des élus de gauche et écologistes, n’ont eu de cesse de dénoncer ce pacte, fustigeant la possibilité de placer en détention les familles avec enfants et une « criminalisation » des exilés. À l’inverse, l’extrême droite a dénoncé la « faiblesse » de la réforme.

À lire aussi

Un pacte imposé à tous les pays de l’UE

La règle en vigueur selon laquelle le premier pays d’entrée dans l’UE d’un migrant est responsable de sa demande d’asile est maintenue avec quelques aménagements. Mais pour aider les pays où arrivent de nombreux exilés, comme l’Italie, la Grèce ou l’Espagne, un système de solidarité obligatoire est organisé.

Les autres Etats membres doivent accueillir un certain nombre de demandeurs d’asile ou apporter une contribution – financière ou matérielle – au profit du pays sous pression migratoire. Cette alternative était destinée à surmonter l’opposition de la Hongrie et la Pologne à tout quota de réfugiés, mais ces deux pays restent hostiles à la réforme.

Le pacte s’imposera toutefois à tous les pays de l’UE, sous peine de procédures d’infraction. Mais les détails de mise en œuvre pratique de cette réforme complexe restent encore à préciser.

À lire aussi

Certains veulent aller plus loin

Des Etats membres ont déjà signalé leur volonté d’aller plus loin dans l’externalisation de la gestion migratoire.

L’Italie a conclu récemment avec l’Albanie un accord pour envoyer dans ce pays candidat à l’UE des migrants secourus dans les eaux italiennes, afin que leurs demandes d’asile y soient traitées.

Un groupe de pays, emmenés par le Danemark et la République tchèque, s’apprêtent à envoyer une lettre dans laquelle ils plaident pour transférer des migrants hors de l’UE. Ces nouvelles propositions, dont la version définitive n’a pas été publiée, sont destinées à la prochaine Commission, qui prendra ses fonctions après les Européennes.

À lire aussi

« Beaucoup de questions sur le type de modèle possible »

Cela « pose beaucoup de questions sur le type de modèle possible. Notamment parce qu’il faudra qu’il soit aligné avec les textes européens », souligne Camille Le Coz, directrice associée au centre de réflexion Migration Policy Institute Europe.

La loi européenne prévoit qu’un immigrant arrivant dans l’UE puisse être envoyé dans un pays extérieur au bloc où il aurait pu demander l’asile, à condition qu’il ait un lien suffisant avec ce pays tiers. Ce qui exclut à ce stade un modèle de type Royaume-Uni/Rwanda.

« Ce qui va devoir être précisé, c’est d’une part, les modalités » de ces propositions d’externalisation, poursuit l’experte. « Et d’autre part avec qui les autorités européennes travaillent, quels Etats tiers », souligne-t-elle, notant par ailleurs que le caractère dissuasif de telles solutions sur l’immigration n’a jusqu’à présent pas été démontré.

À lire aussi

Source : © 2024 AFP

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.