Champions Cup : où voir et 5 choses à savoir sur la demi-finale Toulouse-Harlequins

Où voir Toulouse-Harlequins Dernier représentant français dans le dernier carré de la Champions Cup, le Stade Toulousain défie ce dimanche le club anglais des Harlequins. Une rencontre au sommet qui a été délocalisée au Stadium et qui se déroulera à guichets fermés puisque les quelques 33.150 places se sont vendues en... 20 minutes ! Premiers de


Champions Cup : où voir et 5 choses à savoir sur la demi-finale Toulouse-Harlequins

Où voir Toulouse-Harlequins

Dernier représentant français dans le dernier carré de la Champions Cup, le Stade Toulousain défie ce dimanche le club anglais des Harlequins. Une rencontre au sommet qui a été délocalisée au Stadium et qui se déroulera à guichets fermés puisque les quelques 33.150 places se sont vendues en… 20 minutes ! Premiers de la phase de poules, les Toulousains ont l’avantage du terrain lors des matches éliminatoires jusqu’à la finale (au Tottenham Stadium de Londres), ils avaient reçu le Racing 92 en huitièmes de finale (31-7) puis Exeter en quarts (64-28) mais ces deux rencontres avaient eu lieu à Ernest-Wallon. Le coup d’envoi de cette demi-finale est prévu le dimanche 5 mai à 16h et sera diffusé sur France 2 et beIN Sports 1. Le Figaro vous proposera également un live commenté en direct.

Toulouse, la tête au (dernier) carré

Le Stade Toulousain, club le plus titré en Champions Cup (5 sacres), compile les records dans la compétition. Le club haut-garonnais va en effet disputer ce dimanche sa 16e demi-finale (la 6e consécutive) en 29 éditions, présent dans le dernier carré plus d’une fois sur deux. Seuls les Irlandais du Leinster (quatre titres au compteur) arrivent à suivre ce rythme effréné : contre Northampton, ils disputeront samedi leur 15e demi-finale. Cette année, les rugbymen toulousains ont délocalisé leur demie dans l’enceinte (plus grande) des footballeurs du Téfécé. Ce sera la quatrième de fois de leur histoire que les Rouge et Noir disputent une demie au Stadium mais la dernière remonte déjà à… 2010. À l’époque, Toulouse avait battu le Leinster (26-16) avant de dominer Biarritz en finale au Stade de France (21-19) pour décrocher le quatrième de ses cinq titres européens.

Des Harlequins novices en demi-finale

Club historique du rugby anglais, les Harlequins ont, jusque-là, plus brillé en Challenge Cup qu’en Champions Cup. Ils sont, avec Clermont, l’équipe qui a remporté le plus de fois la petite Coupe d’Europe (3 fois). À l’échelon supérieur, c’est plus compliqué puisque les Londoniens – sacrés champions d’Angleterre en 2021 – n’avaient, avant cette édition 2024, jamais dépassé le stade des quarts de finale dans la grande Coupe d’Europe, échouant en 1997, 1998, 2009 et 2013. Menés à la baguette par leur maestro Marcus Smith, les Quins proposent un rugby ultra-offensif qui a notamment fait plier l’UBB en quarts de finale (41-42). Mais les Anglais sont parfois branchés sur courant alternatif, capables du meilleur (à l’image de ce succès au Racing 92, battu 28-31 dans son Arena en match de poules) mais aussi du pire, comme cette lourde défaite cette saison au Stoop Stadium contre… Toulouse (19-47). Les retrouvailles s’annoncent enflammées.

Will Evans, le poil à gratter

On parle beaucoup de la force de frappe offensive des Quins mais, lors du quart de finale remporté contre Bordeaux-Bègles, les avants anglais ont montré qu’il ne faut pas les prendre à la légère. L’UBB avait notamment été dominée en mêlée fermée, perdant de nombreuses munitions. Au sein du pack londonien, un joueur se met particulièrement en évidence : le troisième-ligne Will Evans. Incroyable gratteur de ballons, il est redoutable dans toutes les zones d’affrontement. Le joueur de 27 ans (1,83 m pour 99 kg), auteur d’un essai contre l’UBB, est le joueur qui a effectué le plus de plaquages dans cette édition (91) et qui a récupéré le plus de turnovers (12). Attention, poison ! Champion du monde U20 avec l’Angleterre en 2016 et finaliste en 2017, le flanker, formé à l’académie des Leicester Tigers (où il a débuté en pro entre 2016 et 2019), avait été convoqué rapidement par Eddie Jones au camp d’entraînement du XV de la Rose, mais n’a pas encore honoré sa première cape internationale. Une anomalie bientôt réparée ?

Confrontations : Toulouse mène 5-1

Les Toulousains et les Harlequins se sont déjà affrontés six fois en Coupe d’Europe. Et, pour l’instant, le bilan est largement en faveur des Rouge et Noir qui se sont imposés à cinq reprises. Cette saison, les deux clubs étaient dans la même poule et le champion de France avait frappé fort en s’imposant largement en Angleterre (19-47) en décembre. «Cette compétition marque le moment où on se retrouve vraiment. Elle nous plaît parfois un peu plus que notre quotidien. Il faut qu’on arrive à mixer les deux. Quand on est comme ça, on a envie de jouer au rugby et on a envie que ça dure», avait confié le manager toulousain Ugo Mola après cette démonstration. La seule défaite toulousaine, concédée au Stadium (24-31), remonte à décembre 2011 en match de poules. À noter que ce sera la deuxième confrontation lors d’un match éliminatoire : Toulouse s’était largement imposé (51-10) en quarts de finale de l’édition 1997-1998. Un match qui avait déjà eu lieu au Stadium.