« Ça aurait pu m’arriver à moi » : émotion après la mort du piéton écrasé par une voiture à Toulouse

Faits divers, Sécurité routière, Urbanisme - Aménagement Publié le 06/05/2024 à 20:40 , mis à jour à 21:48 Jean-Noël Gros l'essentiel Une vingtaine de personnes ont rendu hommage ce lundi en fin de journée au piéton tué par une voiture vendredi à un carrefour situé à l’angle du boulevard Jacques-Chirac et de l’avenue de la


Publié le
, mis à jour

l’essentiel
Une vingtaine de personnes ont rendu hommage ce lundi en fin de journée au piéton tué par une voiture vendredi à un carrefour situé à l’angle du boulevard Jacques-Chirac et de l’avenue de la Gloire, à Toulouse. Un carrefour jugé dangereux par les riverains.

« Vendredi matin, quand je suis passée, j’étais à cette place. Je passe tous les jours par ici à pied et tous les jours je me dis qu’un de ces quatre, ce sera grave. » Émue aux larmes, Christine, une retraitée du quartier Louis-Plana, a participé ce lundi, en fin de journée, au rassemblement organisé par l’association Deux pieds deux roues en hommage au piéton tué par une voiture, vendredi, peu avant midi, à l’angle du boulevard Jacques-Chirac et de l’avenue de la Gloire, à Toulouse.

Ce lundi matin, l’automobiliste en cause, qui était au volant d’une Ford Mustang électrique, n’avait pas encore été entendue par la police. Les raisons de sa sortie de route alors qu’elle circulait sur le boulevard en direction de Jolimont restent donc à ce jour inconnues.

Au sol, les marquages fluo des constatations de la police montrent que la voiture est allée tout droit, passant sur un îlot où se trouvait un petit panneau publicitaire qui a été arraché et où discutaient deux piétons, dont un a été tué. La voiture a ensuite fini sa course contre le mur du jardin d’une maison qu’elle a défoncé. Jamel, le charpentier, était alors sur le toit de cette habitation en rénovation et inoccupée. « J’ai entendu un choc et des cris », témoigne-t-il horrifié par la scène ensuite découverte. « J’avais prévu de travailler derrière ce mur. Je ne sais pas pourquoi, je me suis dit que j’allais commencer par le toit. »

Réduire la vitesse

« Je ne sais pas ce qu’a fait cette automobiliste », poursuit Christine qui met en cause de façon générale « le comportement des gens qui ne respectent plus rien ». Michèle, une autre retraitée du quartier, approuve : « tout le monde passe à fond la caisse. Ça aurait pu m’arriver à moi. »

Parmi la vingtaine de participants au rassemblement, Rémi rapporte que sa fille adolescente « a été renversée par une voiture sur le passage piéton » du boulevard. Venue pour témoigner sa solidarité à la famille de la victime qui habitait ce quartier, Sylvie a déjà assisté « à des accidents matériels » et ne se sent « plus en sécurité ». Beaucoup pointent du doigt les aménagements routiers jugés insuffisants.

C’est le sens du message de Deux pieds deux roues. « Je n’ai pas de commentaire sur l’accident. Mais ce carrefour, nous l’avons signalé depuis longtemps. L’espace est donné aux voitures et les piétons doivent attendre. Il faut faire quelque chose », avance Jean-François Lacoste. « Il faut trouver une solution », demande également Sarah, la propriétaire de la maison endommagée.

Maire de quartier, Isabelle Ferrer trouve « regrettable la polémique » alors que la cause de l’accident est inconnue. Elle avance plusieurs réalisations et projets : le passage à 30 km/heure de l’avenue de la Gloire, la demande faite à Tisséo de déplacer un arrêt de bus ainsi qu’une « réflexion pour la mise à sens unique » de portions de rues dans le secteur « pour réduire la vitesse ».

Voir les commentaires

,

L’immobilier à Toulouse
Toutes les annonces immobilières de Toulouse


Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous.

S’abonner





Lire la charte de modération

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
vivelesbeaufs
Il y a 1 heure
Le 06/05/2024 à 21:38

et toujours cette critique des véhicules électriques. est-ce parce qu’ils ne font pas vroum vroum ?

bon en même temps quand on titre « … écrasé par une voiture « , on comprend que c’est à cause de la voiture et non du conducteur : ce n’est pas de sa faute parce qu’on vous dit que c’est une voiture électrique.