Atos : les créanciers et les banques ont fait une offre commune de refinancement

Le logo de la multinationale française des technologies de l’information Atos, à Nantes, le 22 avril 2024. STEPHANE MAHE / REUTERS Les créanciers et les banques du géant informatique français en difficulté Atos ont fait parvenir une offre commune de refinancement au groupe, lesté par une dette importante et en manque d’argent frais pour maintenir son activité


Atos : les créanciers et les banques ont fait une offre commune de refinancement
Le logo de la multinationale française des technologies de l’information Atos, à Nantes, le 22 avril 2024.

Les créanciers et les banques du géant informatique français en difficulté Atos ont fait parvenir une offre commune de refinancement au groupe, lesté par une dette importante et en manque d’argent frais pour maintenir son activité, a annoncé, samedi 4 mai, à l’Agence France-Presse (AFP), une source proche du dossier.

L’entreprise, qui doit être l’un des piliers technologiques des Jeux de Paris cet été, avait annoncé lundi avoir besoin de 1,1 milliard d’euros de liquidités pour son activité en 2024-2025 et vouloir réduire de 3,2 milliards d’euros sa dette brute, qui avoisine les 5 milliards.

Atos avait fixé comme date limite vendredi 3 mai à ses créanciers pour lui soumettre des propositions de refinancement. « Les banques et les obligataires [créanciers] ont bien déposé une offre commune », a annoncé à l’AFP une source proche des détenteurs de dette obligataire d’Atos, ajoutant qu’ils « supportaient le groupe et apportaient les liquidités nécessaires à ce dernier ».

Une lettre d’intention envoyée par l’Etat

Selon la même source, cette proposition commune « peut être parfaitement compatible » avec l’arrivée d’un investisseur de référence, s’il « s’inscrit dans l’offre des créanciers ». Aucun autre détail sur cette offre n’a pour le moment été dévoilé. Contacté par l’AFP, Atos n’a pas réagi dans l’immédiat.

L’Etat s’était lui manifesté le week-end du 27-28 avril en envoyant une lettre d’intention au groupe, afin de lui signifier son intérêt pour ses activités souveraines, une initiative qu’Atos avait dit accueillir avec « satisfaction ».

Les activités visées par l’exécutif recouvrent, entre autres, des supercalculateurs utilisés pour la dissuasion nucléaire et des produits de cybersécurité. Bercy avait également fait savoir que le gouvernement souhaitait rallier à sa démarche d’autres acteurs français.

Son appel a été entendu par l’entreprise française ChapsVision, spécialiste de l’analyse de données, qui s’est dite intéressée par certaines des activités visées par l’Etat, notamment la branche MCS qui comprend par exemple le système de sécurisation des réseaux de communication à bord des avions Rafale F4 de Dassault. Mardi, Thales avait aussi laissé entendre que les mêmes activités pouvaient l’intéresser.

Le Monde avec AFP

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *