Antisémitisme : «Le diable est sorti de la boîte», s’inquiète le Crif

À deux jours du dîner annuel du Crif, prévu lundi 6 mai, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi s’est confié à l’AFP sur l’antisémitisme. Pour lui, cet événement sera l’occasion de porter «une parole publique forte» sur ce fléau. «On l'a déjà évidemment entendue, mais c'est quelque chose


Antisémitisme : «Le diable est sorti de la boîte», s’inquiète le Crif

À deux jours du dîner annuel du Crif, prévu lundi 6 mai, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi s’est confié à l’AFP sur l’antisémitisme. Pour lui, cet événement sera l’occasion de porter «une parole publique forte» sur ce fléau. «On l’a déjà évidemment entendue, mais c’est quelque chose qui doit être fait régulièrement et avec toute la puissance nécessaire», a-t-il déclaré. Yonathan Arfi souhaite également «le départ d’une dynamique collective» sur le sujet, englobant «le monde syndical, les associations en général, les acteurs du monde de l’entreprise…»

Car «on a fait sortir le diable de la boîte», s’est-il inquiété auprès de l’AFP. Surtout depuis le 7 octobre et l’attaque massive du Hamas contre Israël. Cette question «sera nécessairement très présente, en tant que question française, car cela a aussi été un choc français. J’y reviendrai beaucoup pour le dîner du Crif». Pour le responsable, «on est dans un hiver de l’antisémitisme», «alimenté médiatiquement, idéologiquement, politiquement». Il dénonce notamment le «rôle» de La France insoumise et la non-régulation des réseaux sociaux.

«Haine d’Israël»

Lors du dîner du Crif, Yonathan Arfi fera donc passer «un message empreint de gravité» : «J’attends surtout de ces assises qu’elles réaffirment l’importance de lutter contre l’antisémitisme dans toutes ses composantes, y compris la place qu’a prise la haine d’Israël, à côté de l’islamisme, du complotisme, des préjugés antisémites traditionnels. Il faut qu’on accepte de regarder le phénomène sous tous ses contours, y compris l’antisionisme».