Alain Ferrand, le maire du Barcarès, mis en examen pour « corruption »

Le maire du Barcarès (Pyrénées-Orientales), Alain Ferrand, a été mis en examen pour « corruption » et placé en détention dans un dossier concernant des marchés publics en lien avec des villages de Noël, a annoncé mercredi 1er mai le parquet de Marseille, confirmant une information du quotidien régional L’Indépendant. Soupçonné dans une enquête qui portait sur la


Alain Ferrand, le maire du Barcarès, mis en examen pour « corruption »

Le maire du Barcarès (Pyrénées-Orientales), Alain Ferrand, a été mis en examen pour « corruption » et placé en détention dans un dossier concernant des marchés publics en lien avec des villages de Noël, a annoncé mercredi 1er mai le parquet de Marseille, confirmant une information du quotidien régional L’Indépendant.

Soupçonné dans une enquête qui portait sur la gestion des marchés publics relatifs au village de Noël entre 2012 et 2024, Alain Ferrand avait été interpellé dimanche à l’aéroport de Montpellier et placé en garde à vue, avant d’être placé en détention provisoire dans la nuit de mardi à mercredi, a fait savoir le procureur de la République de Marseille, Nicolas Bessone.

L’information judiciaire, ouverte à la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, a mis au jour une « entente présumée » entre le maire et un chef d’entreprise visant « à avantager la société pour qu’elle décroche l’appel d’offres de la commune portant sur les chalets du marché de fin d’année », écrit le quotidien L’Indépendant.

Lire le portrait: Article réservé à nos abonnés Alain et Joëlle Ferrand, les Balkany du Roussillon

Alain Ferrand a été mis en examen mardi pour « corruption par un élu public, favoritisme, prise illégale d’intérêt, participation à une association de malfaiteurs, blanchiment et transfert non déclaré de sommes provenant de l’étranger », a détaillé M. Bessone.

Corruption d’un élu public

Michel Astaing, dirigeant du groupe K Invest, qui contrôle la société SAS Nordika, soupçonnée d’avoir été avantagée, a « été mis en examen des chefs de corruption d’un élu public, recel de favoritisme et recel de prise illégale d’intérêt », a ajouté le parquet de Marseille. M. Astaing a été placé sous contrôle judiciaire.

Alain Ferrand, figure de la droite dans les Pyrénées-Orientales, avait déjà été placé en détention en janvier 2022 mais libéré une douzaine de jours plus tard en raison d’une nullité de procédure dans l’ordonnance de révocation de son contrôle judiciaire. Il s’agissait alors d’une information judiciaire à la suite de soupçons d’irrégularités dans la création et la mise en place de taxes ou droits, sans base légale, pour des commerçants et des gérants de campings.

Le Monde avec AFP

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *