A Londres, un garçon de 14 ans tué dans une attaque à l’épée ; le suspect inculpé pour meurtre

Sur le lieu de l’attaque, à Londres, le 30 avril 2024 ADRIAN DENNIS / AFP Un garçon de 14 ans a été tué et quatre autres personnes blessées, mardi 30 avril, dans l’est de Londres par un homme armé d’une épée. Ce dernier, rapidement arrêté par la police, a été inculpé pour meurtre mercredi 1er mai, a annoncé la police.


A Londres, un garçon de 14 ans tué dans une attaque à l’épée ; le suspect inculpé pour meurtre
Sur le lieu de l’attaque, à Londres, le 30 avril 2024

Un garçon de 14 ans a été tué et quatre autres personnes blessées, mardi 30 avril, dans l’est de Londres par un homme armé d’une épée. Ce dernier, rapidement arrêté par la police, a été inculpé pour meurtre mercredi 1er mai, a annoncé la police.

Marcus Aurelio Arduini Monzo, disposant de la double nationalité espagnole et brésilienne, est poursuivi pour le meurtre de Daniel Anjorin, a fait savoir Scotland Yard. Quatre autres personnes avaient été blessées, dont deux policiers, si bien qu’il a également été inculpé pour deux chefs de tentative de meurtre et deux chefs de blessures, précise la police dans un communiqué. Le suspect doit être présenté jeudi à la justice.

Plus tôt mercredi, la police de la capitale britannique a détaillé l’itinéraire de l’assaillant, qui avait été rapidement interpellé. « Nous commençons à avoir une idée de ce qui s’est passé mardi » mais l’enquête est « complexe », a expliqué dans un communiqué l’inspecteur chef Larry Smith, chargé de l’enquête.

Le motif terroriste écarté

Peu avant 7 heures du matin (8 heures, heure de Paris) mardi, des témoins contactent la police après avoir vu une camionnette percuter une clôture devant une maison près de la station de métro de Hainault. « Un homme de 33 ans a été heurté [par la camionnette] puis il a été attaqué par le suspect et a été blessé au cou », a détaillé le responsable de l’enquête. Un homme de 35 ans a ensuite subi des « lacérations au bras » après avoir été attaqué dans une propriété voisine, puis le suspect s’en est pris à un garçon de 14 ans, Daniel Anjorin, qui est mort des suites de ses blessures peu après son transport à l’hôpital.

Les policiers, arrivés sur les lieux « douze minutes après le premier appel », ont d’abord tenté de neutraliser le suspect avec une bombe de défense incapacitante et leur pistolet à impulsion électrique, mais sans succès. Deux d’entre eux ont été grièvement blessés par le suspect, qui « s’est à nouveau enfui avant d’être encerclé par d’autres agents » dans une rue voisine. Il est finalement arrêté « vingt-deux minutes » après le premier appel à la police.

Blessé, il a d’abord été transporté à l’hôpital et « est désormais en garde à vue », selon le compte rendu de la police. Selon de premières vérifications, il n’était pas connu des services de police pour de précédents incidents. La police a écarté à ce stade un motif terroriste.

14 577 attaques à l’arme blanche à Londres

Le premier ministre conservateur, Rishi Sunak, a dénoncé un « incident choquant ». « Mes pensées vont aux personnes touchées et à leur famille », a-t-il écrit sur X, ajoutant qu’« une telle violence n’a pas de place dans nos rues ». Le maire de Londres, Sadiq Khan, s’est dit quant à lui « absolument dévasté » par cette attaque.

« Après les scènes horribles à Hainault ce matin », les « pensées et prières » du roi Charles III « vont à tous ceux qui ont été affectés, en particulier la famille de la jeune victime décédée », a déclaré un porte-parole de Buckingham Palace.

Les attaques à l’arme blanche sont en nette augmentation au Royaume-Uni, où la mobilisation s’accroît pour demander au gouvernement d’agir. Selon les chiffres officiels, elles ont progressé de 7 % en 2023, près de 50 000, en Angleterre et au Pays de Galles. A Londres, elles ont flambé de 20 % avec 14 577 attaques répertoriées, revenant peu ou prou à leur niveau d’avant la pandémie de Covid-19.

Le Monde Application

La Matinale du Monde
Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer
Télécharger l’application

Le sujet est un angle d’attaque des conservateurs face au maire de Londres, actuellement en campagne pour un troisième mandat. Lundi, Rishi Sunak avait estimé que l’augmentation des crimes à l’arme blanche à Londres « mettait en lumière la réalité du parti travailliste » lorsqu’il est en responsabilité. Le gouvernement a promis l’an dernier d’interdire certains types de couteaux ou machettes, sans concrétiser son ambition pour l’instant.

« Il ne s’agit pas des élections. Il y a une famille qui a perdu un enfant et je pense que nous devrions nous concentrer là-dessus », a répondu mardi Sadiq Khan, interrogé sur Sky News sur l’impact de cette attaque à deux jours du vote.

Le Monde avec AFP

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *