20 ans après, cette saga culte revient à son meilleur niveau, et avant le cinéma !

Konami 2021 était une année un peu spéciale pour l'éditeur Bethesda, qui faisait jusque-là cavalier seul à l'E3, avec sa propre conférence pour annoncer le line-up de ses titres à venir. Racheté par Microsoft pour 7,5 milliards de dollars, l'éditeur avait logiquement présenté en 2021 et 2022 un line-up conjointement avec le fabriquant de la


20 ans après, cette saga culte revient à son meilleur niveau, et avant le cinéma !
Konami

2021 était une année un peu spéciale pour l’éditeur Bethesda, qui faisait jusque-là cavalier seul à l’E3, avec sa propre conférence pour annoncer le line-up de ses titres à venir. Racheté par Microsoft pour 7,5 milliards de dollars, l’éditeur avait logiquement présenté en 2021 et 2022 un line-up conjointement avec le fabriquant de la Xbox. Entre-temps, Microsoft a aussi avalé Activision – Blizzard pour 75,4 milliards de dollars.

C’est dire l’appétit du géant de Redmond, qui a fait feu de tout bois hier lors d’un Xbox Games Showcase de haut niveau, déployant durant près de 2h un véritable tir de barrage de titres à venir, que ce soit des studios battant désormais pavillon Microsoft, mais aussi les éditeurs tiers.

Vu l’avalanche de titres présentés, il n’est de toute façon pas question de tout lister, d’autant qu’il serait compliqué d’un point de vue éditorial d’évoquer certains titres. Morceaux choisis, donc.

Indiana Jones et le Cercle Ancien

En janvier 2021, l’éditeur Bethesda, bien connu des gamers pour être derrière les licences des jeux de rôle Elder Scrolls et Fallout, annonçait à la surprise générale le développement d’un nouveau jeu Indiana Jones, confié aux bons soins du studio scandinave Machine Games, à qui l’on doit la résurrection très réussie de la licence culte Wolfenstein.

Le studio a pu reprendre (heureusement !) les traits du visage d‘Harrison Ford, mais sa voix, en version originale, est celle de Troy Baker, connu notamment pour avoir incarné Joel dans le jeu The Last of Us. Par bonheur, c’est bien la voix française de Richard Darbois qui sera derrière Indy.

Développé en partenariat avec Lucasfilm Games, ce titre d’action-aventure cinématique à la première personne se situe entre Les Aventuriers de l’Arche perdue et La Dernière Croisade. De nouvelles images ont été dévoilées.

L’intrigue se déroule en 1937, alors que des forces sinistres sont à la recherche d’un pouvoir ancien. Indy sera aidé par Gina, une journaliste d’investigation poursuivant ses propres objectifs qui la mènent dans un partenariat mutuellement bénéfique avec le Dr Jones.

Le duo se rend dans des endroits tels que l’Égypte, le Vatican, les sommets de l’Himalaya et les temples engloutis de Sukhothai pour visiter diverses tombes remplies d’énigmes qui, selon Machine Games, ont de multiples solutions.

Indiana Jones et le Cercle Ancien est annoncé sur les consoles Xbox et PC pour la fin de l’année 2024, sauf report éventuel.

Doom : The Dark Ages

On reste chez Bethesda avec le nouvel opus de Doom. Quatre ans après un formidable reboot, la cultissime licence vidéoludique Doom revenait des enfers avec Doom Eternal, sorti en 2020. Nous vous disions d’ailleurs ici tout le bien que nous pensions du jeu.

Pas question évidemment de trop laisser refroidir une licence aussi fameuse. Avec Doom : The Dark Ages, pensé comme un prequel au jeu reboot sorti en 2016, on lorgne directement vers la Dark Fantasy. Et cette fois-ci, le Doomslayer emporte dans son arsenal un bouclier, une masse d’arme, et chevauche même un dragon !

La bande-annonce dépote méchamment, avec sa bande-son énervée rythmant les massacres en règle de horde de démons. Bref, c’est Doom, et on adore ! Doom : The Dark Ages est attendu pour 2025.

Gears of War: E-Day

Tant qu’à parler d’une très fameuse licence vidéoludique, Gears of War se place là. Après avoir patiné durant des années, l’adaptation de cette licence au cinéma devrait finalement se faire sous les auspices de Netflix, qui a dans ses tuyaux un film donc, mais aussi une série animée.

Côté jeu vidéo, après Gears 5, sorti en 2019, Gears of War: E-Day (« E » comme Emergency-Day ») ne sera pas une suite mais un prequel au premier opus de la saga, situé même 14 ans avant. La licence reste d’ailleurs entre les mains du studio The Coalition, qui avait fait un excellent travail sur la dernière itération. L’occasion d’y retrouver deux personnages ô combien emblématiques de de cette saga de TPS Shooter : Marcus Fenix et Dom Santiago.

Alors certes, le trailer n’est pour le moment qu’une cinématique (superbe, quand même), et aucune date de sortie annoncée, sauf peut-être à imaginer l’horizon 2025. Souhaitons-le…

Metal Gear Solid Delta : Snake Eater

Alors que l’adaptation de la licence Metal Gear pédale toujours dans la semoule côté cinéma, c’est encore une fois du côté des jeux vidéo qu’il faut se tourner pour prendre son mal en patience. En mai 2023, l’éditeur Konami annonçait le remake du 3e volet de la cultissime franchise, sorti à l’origine sur la console PS2 en 2002.

Une nouvelle génération de joueurs et les fans de la première heure pourront ainsi (re)découvrir l’histoire du fameux Big Boss, et la façon dont sa légende a été forgée lors de l’Opération Snake Eater. Le remake comprendra les voix, le scénario et les mécaniques de combat et de survie en milieux hostiles d’origine, évidemment ravalé de fond en comble.

Le choix de proposer un remake du 3e volet et pas les opus précédents n’est évidemment pas anodin, car ce 3e volet est souvent considéré comme le meilleur de la saga.

Contrairement à l’an dernier où l’annonce était accompagnée d’un trailer en CGI, cette fois-ci c’est du gameplay qui a été à l’honneur. Visuellement, c’est beau ! Aucune date de sortie annoncée pour le moment. On ne prend aucun risque en disant que ca sera de toute façon bien avant l’adaptation du jeu de Kojima à l’écran…

Call of Duty: Black Ops 6

La martingale multi milliardaire d’Activision, Call of Duty, était bien entendu de la partie. « La vérité n’est qu’une illusion » balance crânement ce nouvel opus de l’increvable saga. Développé par Treyarch et Raven Software, COD : Black Ops 6 situe sa campagne après les événements de Black Ops Cold War et lié aux flashbacks des années 1980 de Black Ops 2 (ca va, vous suivez jusque-là ? ). Cet opus se déroule donc au début des années 1990, pendant une période de transition et de bouleversements dans la politique mondiale, caractérisée par la fin de la guerre froide.

Au menu : un sillonnage en règle aux quatre coins du globe, de la toundra russe au vaste désert du Moyen-Orient, l’Europe du Sud et les États-Unis dans une course contre la montre. Avec le retour de personnages emblématiques Frank Woods et Russell Adler, ainsi que de nouveaux alliés comme Troy Marshall et Jane Harrow.

Adossé à son indéboulonnable mode multijoueurs, COD Black Ops 6 intègrera également son tout aussi incontournable mode zombies par manche, un mode très apprécié des fans dans lequel les joueurs doivent affronter des vagues de morts-vivants de plus en plus dangereuses. 

Le jeu est attendu pour le 25 octobre prochain.

Stalker 2: Heart of Chornobyl

Annoncé il y a des années, plus ou moins annulé au grand désespoir des fans avant d’être ravivé de plus belle, plusieurs fois reporté, c’est peu dire que le développement de Stalker 2: Heart of Chornobyl s’est fait dans une très, très grande douleur.

Mais son développeur, le studio ukrainien GSC GameWorld, a des circonstances atténuantes. Créé en Ukraine, il a été victime de l’actualité dramatique du pays, impactant lourdement son développement. Tandis que certains membres de l’équipe de développement ont été mobilisés sur le front pour combattre la Russie, le studio a dû délocaliser sa production pour pouvoir mener à terme le développement du jeu.

Le jeu est désormais attendu pour le 4 septembre 2024, à moins d’un nouveau report d’ici là. En voici les dernières images..

Pour cette licence, un petit retour en arrière explicatif s’impose. Âpre, exigeant, difficile, mais sachant se montrer généreux au centuple pour ceux qui acceptaient de s’immerger dans son univers et son ambiance extraordinaire, le jeu S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Tchernobyl, sorti en 2007, a marqué de son empreinte le petit monde des jeux de rôle-FPS. Franchise exclusive au PC, celle-ci s’était vue gratifier d’un prequel, Clear Sky, et surtout d’une suite, Call of Prypiat, unanimement saluée par la presse spécialisée.

Pour les non initiés et/ou les cinéphiles, S.T.A.L.K.E.R. a effectivement un lien de parenté, mais lointain, avec le Stalker de Andrei Tarkovski, lui-même adapté de l’oeuvre de Arkadi et Boris Strugatsky. Le jeu ne gardait en effet que quelques éléments de l’univers du film, comme l’exauceur de voeux, la vaste zone abandonnée remplie de dangers et parcourue par des stalkers, des passeurs ou guides conduisant ceux qui désirent s’aventurer dans cette zone inhospitalière.

GSC Game World

Dans le premier volet de la trilogie, S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Tchernobyl, les joueurs prenaient le contrôle de l’un de ces passeurs, surnommé « le tatoué ». Amnésique, celui-ci parcourait la zone, une très vaste étendue ravagée une première fois par l’explosion de la centrale atomique de Tchernobyl en 1986, puis par une seconde explosion survenue vingt ans plus tard.

La nature, complètement bouleversée, voyait alors la naissance de monstruosités et autres animaux mutants, d’anomalies mortelles et de précieux artefacts, qui étaient notamment l’enjeu de véritables guerres parmi les survivants, pillards et autres aventuriers. Une franchise d’exception donc, qui s’est brillamment close en février 2010 avec la sortie de S.T.A.L.K.E.R. : Call of Prypiat.


Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *